La politique culturelle reconnaît l’importance de la qualité architecturale

L’OAQ salue les orientations en lien avec la qualité architecturale, le patrimoine et l’aménagement du territoire contenues dans le projet de politique québécoise de la culture rendu public le 27 juin par le ministère de la Culture et des Communications.

Le document, soumis à la consultation publique jusqu’au 6 septembre, présente quatre orientations, dont celle intitulée « Dynamiser la relation entre culture et territoire ». Les engagements qu’on y trouve englobent le lancement de travaux en vue d’une stratégie gouvernementale pour la qualité architecturale ainsi qu’une volonté d’agir de manière exemplaire en matière de gestion des biens patrimoniaux de l’État.

Plus précisément, cet axe de la politique culturelle reconnaît les liens importants qui unissent la culture et l’occupation du territoire, notamment en ce qui concerne les disparités régionales. Avec pour objectif d’améliorer la qualité des milieux de vie par la culture, le projet de politique souligne l’apport socio-économique de la qualité architecturale et affirme la volonté du gouvernement de la prendre en compte :

Une architecture harmonieuse et fonctionnelle constitue aussi un gage de qualité. À cet égard, citons comme exemples certaines bibliothèques publiques qui, en raison de leur qualité architecturale, sont rapidement devenues des endroits fréquentés et appréciés. Dans le même esprit, la revitalisation de certains quartiers par des installations et des activités à caractère culturel accroît leur dynamisme et suscite l’attachement et la fierté des collectivités.

La culture contribue à l’enrichissement collectif en rendant les territoires plus attractifs, ce qui se traduit par un dynamisme accru du point de vue économique.

Le gouvernement fera donc en sorte que la planification des projets d’aménagement puisse accorder une place accrue à la culture, tout en faisant appel à la concertation et à la participation des collectivités. Cette approche visera notamment à assurer la vitalité du territoire, et ce, dans une perspective de développement durable.

Le projet de politique culturelle fait aussi état de l’importance de conserver et de mettre en valeur le patrimoine culturel afin de favoriser le sentiment d’appartenance sur le plan local, régional et national, d’améliorer le cadre de vie et de stimuler les retombées économiques, notamment au plan touristique. Les municipalités, les propriétaires d’immeubles et les travailleurs des métiers traditionnels du bâtiment, entre autres, devraient bénéficier d’un accompagnement gouvernemental, tandis que l’État s’engage à traiter son propre parc immobilier patrimonial de manière exemplaire.

Ces orientations, qui restent à décliner en actions concrètes, répondent à plusieurs constats et recommandations exprimés dans le mémoire La qualité architecturale, un chantier à poursuivre, présenté en juin 2016 lors des consultations publiques du ministère de la Culture et des Communications en vue du renouvellement de la politique culturelle. Elles font aussi écho à de nombreux commentaires émis par les citoyens lors de la tournée de conversation publique sur une politique nationale de l’architecture menée par l’OAQ au printemps dernier.

C’est donc avec enthousiasme que l’OAQ entend soumettre, au cours des prochaines semaines, ses recommandations pour donner vie aux principes qui viennent d’être énoncés. Il offre naturellement au Ministère son entière collaboration en ce qui a trait à l’élaboration du plan d’action.