Parution d’Esquisses, numéro Printemps 2017

Comment savoir si un bâtiment est aussi fonctionnel et confortable que prévu ? Comment les architectes et leurs clients peuvent-ils prendre acte des commentaires des occupants pour s’améliorer d’un projet à l’autre ? Le plus récent numéro du magazine Esquisses s’intéresse à ces questions dans un dossier sur les évaluations post-occupation (ÉPO), ces méthodes qui visent à recueillir le point de vue des usagers des bâtiments après la mise en service. Encore très peu utilisées au Québec, les ÉPO commencent à l’être au Royaume-Uni, entre autres. Dans des cas exemplaires, les résultats donnent lieu à des publications qui permettent de bonifier les pratiques. L’ambition est noble, mais elle demande une certaine adaptation de la part des professionnels, des donneurs d’ouvrage, de l’industrie et des usagers. Tous doivent comprendre qu'ils ont intérêt à mieux collaborer.

Sommaire complet

À lire également

Éditorial : Oser l'évaluation

Brèves : L'AIA, Trump et les architectes

Le poids des nombres : Les tours de plus de 200 m en 2016

Sur la place publique : Interventions de l'OAQ

Prix Ernest-Cormier décerné à Daoust Lestage

Concours d’architecture : Dossier en évolution

Pavillon d’accueil du parcours Gouin : La vertu en cadeau

Processus de conception intégrée : Prioriser le confort de l’occupant

Quartiers de l’innovation : Au-delà du nom

Retour sur Habitat III : Architectes des villes futures

Corée du Sud : La lente mutation de Séoul 

 

Aide à la pratique     

Parler en public : Trouver sa voix

Première année de stage : Rite de passage 

Capsule du Fonds : Analyse des soumissions

Livres et vidéos

 

De nos archives
L’OAQ mène actuellement une tournée  de conversation publique dans 13 villes québécoises pour discuter de d’une éventuelle politique nationale de l’architecture. Pour en savoir plus sur les fondements de cette idée, consultez le dossier d’Esquisses « Les moyens de nos ambitions », publié au printemps 2013.