Élévation - Ordre des architectes du Québec

 

Nous poursuivons cette semaine la présentation des deux candidats à la présidence de l'Ordre. Notez que les bulletins de vote seront postés d'ici la fin du mois et que la clôture du scrutin est fixée au vendredi 17 mai 2013, à 17 h. Le président entrera en fonction immédiatement après l’assemblée générale annuelle, qui se tiendra le 14 juin 2013.

Les précédents messages des candidats se trouvent dans la section Élection à la présidence.

 

Deuxième message de Paul-André Tétreault

Nombre de mandats

Aspirer à la présidence exige de faire valoir ses motivations aux membres et d’apporter les améliorations qui s’imposent pour une plus grande transparence et une meilleure gouvernance de l’Ordre. En constatant la récurrence de postes d’administrateurs qui sont comblés sans élections, on est forcé de penser que, soit que les affaires de l’Ordre n’intéressent pas la majorité des architectes, soit qu’ils se demandent bien ce qu’ils viendraient faire dans ce cercle fermé et inaccessible.

Je crois sincèrement qu’il faudrait regarder à limiter les prestations à deux mandats consécutifs, c’est‐à‐dire un maximum de 4 ans pour la présidence et 6 ans pour les administrateurs. Ce faisant, on augmenterait obligatoirement la participation d’architectes et leur désir de poser leur candidature. L’intérêt, la motivation et la contribution de nouveaux administrateurs serait ainsi encouragés et bénéfiques pour la profession.

La formation des architectes

Après quarante années de pratique, je considère avoir un bon bagage de connaissances sur bien des aspects de la pratique. Certes, ces connaissances sont toujours valables, mais la pratique d’aujourd’hui nous amène d’autres défis, d’autres façons de faire. Les offres de services en architecture exigent de plus en plus de nouvelles compétences. Les architectes doivent être capables d’assurer des services de qualité supérieure.

À cet effet, je crois que la formation continue doit être plus que des conférences ou des cours d’appoint mais offrir les apprentissages nécessaires pour répondre aux exigences de demain si l’architecte veut conserver un rôle de maître d’œuvre dans les projets intégrés. Il faut convaincre les directeurs des écoles d’enseigner non seulement la conception mais aussi la réalisation de projets pour raccourcir le temps d’apprentissage des jeunes architectes et leur intégration dans les firmes.

Paul‐André Tétreault

Facebook: Paul‐André Tétreault | patetreault@hotmail.com  
Texte en version PDF

 

Deuxième message de Nathalie Dion

L’Ordre des architectes et la représentation

Au cours des dernières années, l’Ordre des architectes a acquis une reconnaissance au sein du débat public et a pris sa place dans l’actualité. À plusieurs reprises notre ordre a été sollicité pour partager son opinion sur des dossiers d’actualité et ses interventions ont été profitables. Durant ma vice-présidence, j’ai pu m’impliquer dans divers dossiers et j’ai eu l’occasion de participer à des débats touchant au rôle de l’architecte sur la place publique. Je veux poursuivre ce travail de reconnaissance pour que nous puissions faire valoir l’importance de notre rôle de leader, de gestionnaire et de visionnaire.

Nous sommes tous préoccupés par les conditions dans lesquelles nous exerçons notre pratique et les modes d’attribution de contrat. Faire changer des façons de faire qui sont en place depuis longtemps, faire évoluer les mentalités des donneurs d’ouvrages sont des défis que doit relever notre Ordre. Les architectes doivent réagir et se mobiliser pour mettre de l’avant des pratiques qui avantagent la qualité en architecture et qui mettent en évidence notre rôle de professionnel.

Nous devons être présents dans des domaines et à des niveaux de décision où nous sommes actuellement trop peu nombreux pour ne pas dire absents. Il existe encore trop de ministères, trop d’agences gouvernementales qui gèrent le cadre bâti sans que des architectes participent à la prise de décisions. Pour moi, il est clair que nous devons replacer l’architecture et la qualité du cadre de vie au rang qui lui revient dans l’ensemble des responsabilités et des préoccupations des gouvernements.

Je crois que pour avoir un certain impact et une certaine crédibilité auprès du public et des acteurs économiques, nous devons projeter l’image d’une profession forte et organisée. En réunissant sous un même toit l’OAQ, l’AAPPQ et le Fonds des architectes, nous atteignons un premier objectif important. La Maison de l’architecture, du design et de l’urbanisme où logera l’ordre dès l’été 2013 est une opportunité d’augmenter notre visibilité et notre cohérence en tant que professionnels. C’est l’occasion de donner un nouveau souffle à la coopération des trois principaux organismes qui représentent notre profession, de travailler ensemble et de joindre nos efforts pour faire valoir que notre vision apporte une valeur ajoutée au sein du débat de société.

Si vous souhaitez communiquer avec moi, vous pouvez le faire en m’écrivant à n.dion@gcbdarch.com. Vous pouvez également visiter ma page Facebook 

 

Vous recevez cette information en tant qu'abonné au bulletin
de l'Ordre des architectes du Québec

Nous joindre

©2015 - Tous droits réservés
Ordre des architectes du Québec