De plus en plus de sites Internet offrent aux entreprises du milieu de la construction de faire partie d’un système de recommandation qui fait en sorte que leur nom peut être proposé à une clientèle qui cherche à obtenir des soumissions. Or, cela est incompatible avec les obligations déontologiques de la profession d’architecte.

Les services de recommandation en ligne sont généralement gratuits pour quiconque souhaite obtenir des soumissions en vue de réaliser un projet de construction. Les entreprises participantes, elles, doivent verser une somme d’argent en échange de la visibilité ou des contrats qu’elles obtiennent ainsi.

L’article 41 du Code de déontologie des architectes est cependant clair : 

41. L’architecte doit s’abstenir de recevoir, à l’exception des remerciements d’usage et des cadeaux de valeur modeste, toute gratification, ristourne ou commission relative à l’exercice de sa profession. De même, il ne doit pas verser, offrir de verser ou s’engager à verser une telle gratification, ristourne ou commission.

Ce libellé englobe les montants d’argent payés pour faire l’objet de recommandations auprès d’une clientèle potentielle. Par conséquent, l’architecte doit s’abstenir de s’inscrire sur ce type de sites.

Indépendance professionnelle

Rappelons que les efforts déployés par l’architecte pour promouvoir ses services ne doivent en aucun cas compromettre son indépendance professionnelle, un autre aspect balisé par le Code déontologie. En effet, l’article 38 prévoit que « L’architecte doit sauvegarder en tout temps son indépendance professionnelle et éviter toute situation où il serait en conflit d’intérêts ». Or, le fait d’obtenir un avantage en échange d’un paiement place clairement l’architecte en conflit d’intérêts.