Murs extérieurs des bâtiments anciens: mieux comprendre pour mieux intervenir

Formation de l'OAQ

L’importance grandissante des travaux de restauration, de rénovation et de recyclage des bâtiments anciens nous oblige à revoir nos connaissances scientifiques et historiques.
Ce cours permettra de mieux comprendre les causes associées au vieillissement et à la dégradation des matériaux et des assemblages et de mieux évaluer les retombées à long terme des interventions de l’architecte. De même, les principaux phénomènes agissant sur ces assemblages, en particulier les nouvelles exigences relatives à l’économie d’énergie, le mode de vie et les nouveaux usages, seront étudiés.
Contenu:
– Description des phénomènes physiques qui agissent sur une enveloppe de bâtiment ancien, y compris les murs de fondation, en lien avec les conditions climatiques et les expositions diverses;
– Rappel historique des principaux systèmes constructifs de murs extérieurs au Québec, et des propriétés pour en assurer une performance répondant aux objectifs;
Identification des matériaux et des assemblages traditionnels utilisés d’hier à aujourd’hui : bois, pierre, brique, crépis et métaux. Analyse du comportement hygrothermique, de désuétude et de leur potentiel de conservation;
– Distinction entre la présence de fuites d’air humide à travers une enveloppe de bâtiment, le phénomène de diffusion de la vapeur d’eau et les caractéristiques des matériaux et des assemblages concernés par ces phénomènes;
– Moyens pour réduire les risques de détérioration des murs extérieurs anciens en tenant compte des contextes de construction, d’entretien et d’intervention;
– Désordres courants selon les différents assemblages de murs qui existent et les méthodes pour appliquer les correctifs requis;
– Études de cas traitant des moyens pouvant être mis en œuvre pour améliorer la performance thermique d’un bâtiment ancien sans compromettre la durabilité de son enveloppe.

– Expliquer comment les assemblages de murs extérieurs se sont progressivement transformés au Québec, au fil des ans et des traditions constructives;
– Prendre connaissance des principaux problèmes qui se posent selon les assemblages de murs les plus courants et discuter de certains moyens pour les corriger;
– Revoir l’ensemble des phénomènes physiques et les conditions du milieu qui agissent sur l’enveloppe d’un bâtiment;
– Comprendre comment réduire l’ampleur de ces phénomènes tout en assurant la durabilité des assemblages et des matériaux de l’enveloppe du bâtiment;
– Comprendre comment ces phénomènes doivent être pris en considération pour établir les interventions visant à réhabiliter le bâtiment.

Richard Trempe

Richard Trempe est architecte depuis 1993 et agit comme consultant senior dans le domaine de l’enveloppe du bâtiment, ayant à son actif plus de 25 années d’expérience. Il a siégé sur plusieurs comités techniques en lien avec la performance de l’enveloppe, l’inspection et l’entretien de même que les méthodes d’investigation et de construction innovantes. Il a complété une maîtrise scientifique en architecture en 2016 qui traite de la performance en service des enveloppes. Richard Trempe a assumé au cours des dernières années le rôle de vice-président des services-conseils du CLEB. Il ensuite été responsable au sein de UL CLEB des procédures liées à la science du bâtiment et du transfert des connaissances. Richard Trempe est conférencier, formateur et enseigne l’enveloppe du bâtiment au département de Génie de l’Université de Sherbrooke. Il travaille aujourd’hui à son propre compte, Trempe Architecte, et développe à travers le projet de recherche Auvergne Laboratoire vivant, différentes approches innovantes en matière d’efficacité et de performance de l’enveloppe, par la construction et l’analyse rétroactive de pavillons d’habitations à Sainte-Christine-d’Auvergne.