Élections 2017

› Les postes électifs
› Devenir candidat
› Candidats en lice
› Comment voter
› Documents cadres et calendrier                  
› Résultats

 

Message de l'Ordre

Cet automne, le mandat à la présidence arrive à terme, tout comme deux mandats d’administrateurs au sein du conseil d’administration de l'OAQ dans les régions de Montréal (1) et des Laurentides (1). 

Au cours des prochaines années, l'Ordre s’est donné comme projets :  

• L’élaboration d’un plan stratégique 2018-2021
• La poursuite de la réforme de l’inspection professionnelle
• Le dossier de la Politique nationale de l'architecture
• L'amélioration de la pratique de l’architecture au Québec
• La valorisation et le rayonnement de l’architecture au Québec
• L’actualisation de la réglementation de l’Ordre
• L’actualisation de la Loi sur les architectes et de la réglementation de l’Ordre

L’OAQ invite les membres intéressés à poser leur candidature. Dans une perspective de complémentarité, l’Ordre interpelle plus particulièrement les membres provenant des groupes suivants: 

• les femmes architectes 
• les jeunes architectes
• les architectes employés de bureaux d'architectes 
• les architectes employés du secteur public
• les professeurs d'architecture

Les architectes pressentis doivent avoir à cœur la mission de l’Ordre, soit la protection du public, et auront le privilège de s'impliquer dans la mise en œuvre des grandes orientations de l’OAQ prévues dans son plan stratégique.  

L’implication suppose sept réunions par année. Les administrateurs interviennent également au sein de comités, à titre de présidents ou de membres, ou de groupes de travail ad hoc.

Vote électronique

Le vote électronique lors des élections à la présidence ou au conseil d’administration fait partie depuis longtemps des préoccupations de l'Ordre. Ainsi, faisant suite à une résolution de l’assemblée générale annuelle de 2016, il a étudié la possibilité d’adopter le vote électronique pour toute élection.

Force fut de constater que très peu d’ordres ont implanté un tel système jusqu’à présent, les coûts étant fort prohibitifs, ce qui pour l'heure, malheureusement, empêche l'Ordre d’aller de l'avant avec ce projet. 

Dans une perspective de saine gestion, l’Ordre a convenu de reporter le moment de l’implantation du vote électronique à un moment où l’expertise sera plus développée et plus abordable et où le contexte économique sera plus favorable à la mise en œuvre d’un projet d’une telle envergure.