Esquisses, vol. 28, no 2, été 2017

Brèves

Bâtiments en bois : Rendez-vous à Paris

Tour Origine, Québec
Yvan Blouin Architecte
Illustration : Yvan Blouin Architecte

En septembre prochain, à Bordeaux, tous les regards seront rivés sur les structures de bois les plus innovantes de l’univers architectural. Premier évènement international consacré aux bâtiments en bois de moyenne et de grande hauteur, le congrès Woodrise rassemblera les acteurs de la construction et de l’aménagement des quatre coins de la planète dans un but précis : démontrer le potentiel technique, économique et écologique du bois.

L’expertise canadienne sera largement représentée durant cette réunion, organisée conjointement par l’organisme canadien FPInnovations, le Building Research Institute du Japon et l’Institut technologique FCBA de France. L’architecte québécois Yvan Blouin sera sur place afin de présenter son projet Origine, un immeuble de 94 logements dont la structure est entièrement faite de bois d’épinette noire du Québec. Située dans l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres à Québec, cette construction, qui culmine à 40 m, détient à ce jour le record de la plus haute tour de bois en Amérique.

Son concepteur profitera de son passage en France pour faire valoir toutes les bonnes raisons d’intégrer le bois à la conception des bâtiments : « Le bois massif résiste très bien au feu et aux secousses sismiques, en plus de séquestrer le carbone. Il régule aussi le taux d’humidité, ce qui contribue au confort des occupants. Et plus on va l’utiliser, plus le coût de production va baisser. »

wood-rise-congress.org

Vieillissement : Inspiration nipponne

En 2056, le Québec comptera au-delà d’un million de personnes âgées de 80 ans ou plus, soit deux fois et demie plus qu’aujourd’hui. Des chiffres qui démontrent que, tôt ou tard, il faudra planifier l’aménagement urbain de manière à faciliter le quotidien des aînés. Le Québec gagnerait à s’inspirer du Japon, qui mise depuis 15 ans sur le concept de ville compacte pour limiter les conséquences du vieillissement de sa population. En effet, la majorité des municipalités du pays ont entrepris de réorganiser leur plan d’urbanisme afin d’amoindrir l’impact négatif de la décroissance urbaine. Dans de nombreuses villes aux prises avec ce phénomène, les maisons abandonnées nuisent à la qualité des secteurs résidentiels, les commerces ferment leurs portes faute de clientèle, et la fréquence du transport en commun diminue. Pour remédier à la situation, des zones de revitalisation ont été tracées autour des gares des centres-villes de façon à y concentrer les principaux services et les logements pour aînés. Des mesures incitatives ont aussi été mises en place afin d’encourager les personnes âgées à se réinstaller dans d’anciens centres urbains désertés. Ainsi, la ville de Toyama a créé une ligne de tramway circulaire autour de son ancien centre-ville en plus d’y faciliter l’accès aux logements collectifs publics. Par ailleurs, les aînés bénéficient d’un tarif réduit pour le transport en commun et peuvent même visiter gratuitement les musées et le zoo de la ville avec leurs petits-enfants. Il faut bien que vieillir ait ses avantages !

Sources : Carrefour action municipale et famille (CAMF), Institut de la statistique du Québec et Métropolitiques 

Parcs suspendus

Pier 55, New York, Heatherwick Studio
Images : Heatherwick Studio

L’architecte anglais Thomas Heatherwick rêve depuis longtemps de verdir les grandes métropoles. Il semble toutefois que les parcs surélevés qu’il a imaginés pour Londres et New York ne soient pas près de voir le jour. Pour la capitale anglaise, le concepteur avait créé le projet Garden Bridge, un pont entièrement recouvert d’espaces verts permettant aux piétons de traverser la Tamise. Sadiq Khan, le maire de Londres, a toutefois annoncé au printemps dernier que la passerelle ne pourrait se concrétiser, faute de financement privé suffisant. L’avenir ne semble pas plus rose pour le Pier 55, une oasis de verdure surélevée que Thomas Heatherwick avait dessinée pour les berges du fleuve Hudson, à New York. Cette fois, c’est un juge qui a ordonné l’arrêt du projet, qui pourrait représenter un danger pour la faune marine en plus d’enfreindre la réglementation.

Ces scénarios ne sont pas sans rappeler la dalle-jardin qui a disparu des plans du nouvel échangeur Turcot, à Montréal. Cette plateforme suspendue devait permettre aux cyclistes et aux piétons de se déplacer aisément entre la falaise Saint-Jacques et le canal de Lachine. Elle aurait été supprimée pour des raisons financières. Les citadins pourront toujours se consoler avec le réaménagement temporaire du viaduc Van Horne, qui sera partiellement transformé en un parc linéaire le temps des festivités du 375e anniversaire de la ville. Il sera ensuite détruit et reconstruit de manière à faire plus de place aux cyclistes et aux piétons, promet la mairie. Un concours d’architecture a d’ailleurs été annoncé à cet effet en février dernier. Montréal peut continuer de rêver à des espaces verts entre ciel et terre.

Pier 55, New York, Heatherwick Studio
Images : Heatherwick Studio