Esquisses, vol. 29, no 1, printemps 2018

Brèves

Europe — Une déclaration prometteuse

Hôtel InterContinental, Davos, Oikios
Photo : Kecko

Réunis à Davos les 21 et 22 janvier, les ministres européens de la culture ont adopté une déclaration intitulée Vers une culture du bâti de qualité pour l’Europe. Comme l’exposait Esquisses dans son numéro de l’automne 2017, la culture du bâti telle que promue dans certains pays européens englobe le patrimoine, la création contemporaine, les infrastructures, les espaces publics, le paysage ainsi que les processus de planification et de mise en œuvre les concernant.

La déclaration rappelle le rôle crucial de la culture dans le développement durable, alors que sévissent la « banalisation du bâti » et l’étalement urbain. Elle affirme qu’une culture du bâti de qualité favorise le sentiment d’appartenance des populations, préserve l’environnement et génère de la valeur économique. Les signataires en appellent à la prise en compte de ce concept dans la réglementation et à son application dans la coopération interdisciplinaire. Ils s’engagent à promouvoir les principes de la culture du bâti de qualité auprès des acteurs publics et privés ainsi que de la population en général.

La démarche offre des similitudes avec la Déclaration pour une politique québécoise de l’architecture, rendue publique par l’OAQ l’automne dernier. À quand pareil élan à l’échelle nord-américaine.

 

 

Matériaux — Nouvelles recettes

Photo : Ernest McGray Jr.

Un récent rapport de la multinationale Arup plaide pour la transformation des déchets organiques en matériaux afin de réduire la phénoménale consommation de matières premières de l’industrie de la construction. De récentes innovations ont notamment permis de fabriquer des cloisons avec des écales d’arachides, de la moquette avec des feuilles de bananier, de l’isolant acoustique avec des pelures de pommes de terre et du béton avec de la cendre d’écorce de riz. Ce potentiel est d’autant plus alléchant qu’un kilogramme de ces déchets vaut 0,85 € comme combustible, mais 6 € comme revêtement d’intérieur, affirment les auteurs. Et en 2014, l’agriculture et la sylviculture en ont produit 40 millions de tonnes en Europe seulement. De ce point de vue, vouer autant de matière à la filière des déchets est un pur gaspillage.

(Source : Casabee)

 

 

Biennale de Venise — Perspective Autochtone

Maquette de l'installation Unceded
Image : Doublas Cardinal Architect

Pour la première fois de son histoire, la Biennale de Venise accueillera, dès la fin de mai, une exposition mettant en valeur le travail des architectes et des designers nord-américains d’origine autochtone.

Dirigé par l’architecte albertain d’origine métisse Douglas Cardinal, le projet Unceded: Voices of the Land a été choisi par le Conseil des arts pour représenter le Canada. Il présentera le travail de 18 architectes et designers de l’île de la Tortue, l’appellation autochtone de l’Amérique du Nord. L’installation résumera le passé, le présent et le futur de l’empreinte autochtone sur le continent à travers quatre évocations métaphoriques : l’« indigénéité », la résilience, la souveraineté et la colonisation. Pour Douglas Cardinal – qui a notamment conçu le Musée canadien de l’histoire de Gatineau –, ce sera l’occasion de « montrer la valeur et la beauté véritables des peuples autochtones » au monde entier.

« Depuis la tenue de la Commission de vérité et réconciliation, les sujets touchant les Autochtones suscitent beaucoup d’intérêt au Canada », souligne pour sa part l’architecte d’origine métisse David Fortin, directeur de l’École d’architecture McEwen de l’Université Laurentienne de Sudbury. Ce dernier agit à titre de cocommissaire du projet aux côtés de Gerald McMaster, professeur de culture visuelle autochtone et études de conservation à l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario. « La particularité du projet Unceded est qu’il célèbre le rôle de premier plan des architectes et des designers autochtones dans les discussions les concernant, et nous sommes honorés de constater que l’importance de la voix autochtone est reconnue », ajoute-t-il.

La Biennale de Venise se tiendra du 26 mai au 25 novembre 2018.

 

 

Le poids des nombres - Encadrement des entrepreneurs par la RBQ

Source : Rapport annuel de gestion de la Régie du bâtiment du Québec 2016-2017, annexe 3

 

 

Erratum

Une erreur s’est glissée dans l’article « Double pratique – Jongler avec les obligations », publié en page 54, dans le numéro Hiver 2017-2018. Le texte indiquait que l’architecte Yvan Blouin exploitait l’entreprise Synchro avec ses deux fils, dont l’un est architecte et l’autre, courtier immobilier et gestionnaire. Or, M. Blouin exploite l’entreprise avec son fils et sa fille. Son fils est architecte et sa fille, courtière immobilière et gestionnaire. La correction a été effectuée dans les versions Web et PDF de l’article.