Esquisses, vol. 26, no 2, été 2015

Courrier du lecteurCertifications vertes...

Le dernier numéro de la revue Esquisses est particulièrement intéressant.

Concernant le rôle de la certification LEED pour les bâtiments, il faudrait élargir la discussion pour prendre en considération l’impact des constructions sur le développement urbain durable. Par exemple, à Québec, le projet de tour nommé Le Phare vise une certification LEED Or. Pourtant, il est contesté par une majorité d’architectes et d’étudiants en architecture, essentiellement pour les problèmes qu’il causera à l’environnement urbain immédiat (augmentation de la circulation et du bruit, diminution de l’ensoleillement, entraves à la vie piétonnière en raison du fort vent qu’induirait la hauteur de l’immeuble, etc.), sans parler de ses effets sur le développement immobilier de la région de Québec dans son ensemble.

C’est à se demander si le sceau LEED ne sert pas à faire oublier les carences du projet en matière d’environnement urbain. Selon moi, il faudrait améliorer la norme LEED pour prendre en considération l’impact d’un projet sur la ville et, à la rigueur, soustraire des points dans le cas d’un projet comme Le Phare.

 

Claude Bélanger, architecte
Québec