Esquisses, vol. 24, no 3, automne 2013

 

Un peu partout au Québec et ailleurs sur la planète, la parole citoyenne s’organise. Groupes et individus souhaitent avoir leur mot à dire dans l’aménagement de leur ville, de leur quartier ou de leur immeuble. Cette évolution modifie forcément la pratique de l’architecture, car l’expert de la conception doit écouter l’expert de l’usage. Les pessimistes craignent le pire, s’imaginant entourés de quidams qui tenteront de tenir le crayon à leur place. Les optimistes pensent plutôt que des projets qui répondent davantage aux besoins des usagers seront à coup sûr plus appréciés.

Et si c’était l’occasion rêvée d’un rapprochement entre les architectes et la population ?

Illustration en couverture : Jimmy Beaulieu