Esquisses, vol. 24, no 3, automne 2013

Sur la place publique

L’aménagement du territoire a été au cœur des dernières prises de position rendues publiques par l’Ordre des architectes.

Avec de nombreux autres organismes – dont l’Union des producteurs agricoles (UPA) –, l’OAQ a dénoncé l’emplacement choisi pour implanter la gare de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) à Mirabel. Prévue en zone agricole, celle-ci aurait favorisé l’étalement urbain. Devant l’absence d’unanimité, l’AMT sursoit pour le moment au projet, sans pour autant exclure la possibilité d’évaluer d’autres sites.

L’ancien président de l’OAQ, André Bourassa, est l’un des 33 signataires d’une déclaration commune intitulée Investir dans le transport en commun. En marge des consultations sur la politique de mobilité durable, les signataires demandent au gouvernement du Québec de majorer d’un milliard de dollars par an les sommes investies dans les infrastructures de transport collectif et actif, et ce, pendant 10 ans.

 

Projets de loi

La nouvelle présidente de l’Ordre, Nathalie Dion, a également soutenu la position de l’UPA dans le dossier du projet de loi 43 sur les mines. Présentement à l’étude à l’Assemblée nationale, celui-ci permet le développement minier uniquement hors des zones densément peuplées et des zones de villégiature. Selon l’Ordre, ces mesures de protection devraient être étendues aux zones agricoles dites « dynamiques », c’est-à-dire de meilleure qualité, et la Commission de protection du territoire agricole devrait avoir son mot à dire.

L’Ordre a par ailleurs commenté le projet de loi 38, qui prévoit notamment la fusion de la Société immobilière du Québec (SIQ) et d’Infrastructure Québec dans un nouvel organisme : la Société québécoise des infrastructures. L’OAQ se réjouit de la volonté de gérer les infrastructures grâce à un plan décennal, mais il regrette que les enjeux aient été écartés. Il en profite pour réaffirmer la nécessité d’une politique nationale de l’architecture, qui contribuerait à établir des normes de qualité des constructions.

 

Pont Champlain

Avec ses partenaires du Regroupement pour la qualité du pont Champlain, l’Ordre continue de multiplier les efforts afin que le futur pont sur le Saint-Laurent soit un ouvrage architectural de grande qualité. Il a notamment collaboré à la rédaction d’un mémoire remis à Transports Canada, dans lequel cette coalition réclame l’organisation d’un concours international d’architecture et d’ingénierie. Par ailleurs, l’Ordre participe au groupe de travail mis sur pied par Transports Canada et la Ville de Montréal dans le but d’évaluer trois processus visant à favoriser la qualité architecturale. On y documente entre autres la faisabilité et l’intérêt du concours d’architecture.

Nouvelle école d'architecture

Il y avait 40 ans que le Canada n’avait pas assisté à la naissance d’une école d’architecture !

Située à Sudbury, dans le nord de l’Ontario, celle de l’Université Laurentienne accueille cet automne ses 70 premiers étudiants, dont 14 francophones. Si la plupart des cours sont en anglais, les ateliers, les cours optionnels et les stages pourront être réalisés en français. La culture autochtone sera particulièrement mise de l’avant, ainsi que le bois et les techniques de construction au Grand Nord. 

L’École d’architecture de l’Université Laurentienne souhaite participer à la revitalisation du centre de Sudbury. Elle occupe deux immeubles emblématiques restaurés – la Place du marché et le Canadian Pacific Telegraph – auxquels s’ajouteront deux nouveaux bâtiments construits en bois lamellé-croisé en 2015.

Elle est dirigée par Terrance Galvin, qui a auparavant dirigé l’École d’architecture de l’Université Dalhousie à Halifax, et qui a aussi enseigné à celle de l’Université McGill.