Esquisses, vol. 23, no 4, hiver 2012-2013

Sur le seuil

En France, c’est chaque fois la même chose : dès qu’un nouveau ministre de la Culture est nommé, il relance l’idée d’abaisser le seuil minimal d’obligation de recourir à un architecte. Cette fois, c’est la ministre Aurélie Filippetti qui a ravivé le débat lors de sa visite à la 13e Biennale d’architecture de Venise en se déclarant favorable à un abaissement de ce seuil à 150 m2, contre 170 m2 actuellement.

Elle répond ainsi à la demande de Lionel Carli, président du Conseil national de l’Ordre des architectes de France. La ministre envisage aussi, en collaboration avec Cécile Duflot, sa collègue chargée de l’Égalité des territoires et du Logement, de revenir sur un héritage du précédent gouvernement, qui limitait le champ d’intervention de l’architecte à l’égard des maisons unifamiliales. L’industrie de la construction a aussitôt réagi et promis de s’opposer à tout changement. Le contraire aurait été surprenant !