Esquisses, vol. 23, no 4, hiver 2012-2013

Lectures

Jean-Marie Roy

 

Martin Dubois

Figure marquante de l’architecture moderne québécoise, Jean-Marie Roy, disparu en novembre 2011, a laissé derrière lui une œuvre remarquable. Elle est ici minutieusement recensée par Martin Dubois, consultant en patrimoine et en architecture, qui relate la vie et la carrière de l’architecte à travers son parcours, ses influences et l’évolution de sa pratique. Le lecteur peut ainsi se familiariser avec une trentaine de réalisations, certaines très connues – les tours du Complexe Desjardins à Montréal, les campus intercommunautaires de Saint-Augustin-de-Desmaures ou l’église Saint-Denys de Sainte-Foy –, d’autres moins. Derrière chacune, on sent la cohérence de la démarche de cet architecte avant-gardiste. Une biographie incontournable dans la collection – bien mince – des ouvrages consacrés aux architectes d’ici.

Les Publications du Québec, 2012, 165 pages

 

Pourquoi faire de l’urbanisme ?

Tewfik Guerroudj

Tewfik Guerroudj est à la fois architecte et urbaniste. Il publie ici un ouvrage complet sur les enjeux de l’urbanisme, sur le sens et la nécessité d’aménager les villes, en décryptant toutes les démarches possibles. D’emblée, la préface, rédigée par le président du Conseil français des urbanistes, donne le ton : « ... traiter au mieux toutes les dimensions de la ville de façon à ce que le réceptacle conçu par les urbanistes puisse accueillir au mieux les projets des architectes ». L’ouvrage peut s’appliquer à des villes de diverses tailles et tous les acteurs concernés – promoteurs, citoyens, élus et fonctionnaires – trouveront matière à alimenter leur réflexion. Par contre, les procédures et instruments de réglementation présentés sont particuliers à la France, ce qui réduit quelque peu la portée pratico-pratique du bouquin pour le lecteur nord-américain.

Éditions Confluences, 2011, 236 pages

 


Architecture industrialisée et préfabriquée : connaissance et sauvegarde

Sous la direction de Franz Graf et Yvan Delemontey

Au cours du 20e siècle, l’aventure de l’industrialisation du bâtiment a été marquée par une série d’expérimentations et d’erreurs. Aujourd’hui, cette architecture industrialisée et préfabriquée – parfois improvisée ou construite de manière rapide et économique – pose des problèmes particuliers de sauvegarde et de restauration. Comment intervenir judicieusement sur le legs de la dernière moitié du siècle passé ? C’est ce que se demandent les 19 architectes, historiens et ingénieurs qui ont collaboré à cet ouvrage. Ils exposent à tour de rôle des projets bien concrets de remise en état, les uns pour les avoir réalisés, les autres pour les avoir analysés. De la maison Dymaxion, cette utopie de Fuller qui devait révolutionner le logement d’après-guerre aux États-Unis, au quartier QT8 de Milan, en passant par une tour d’habitation parisienne à l’architecture banale, on prend toute la mesure de la difficile intervention sur l’architecture industrialisée. En tout, on parcourt une vingtaine d’expériences internationales ayant permis de valoriser le bâti contemporain au lieu de le démolir pour construire à neuf. Les textes, présentés en anglais et en français, sont clairs, fouillés et abondamment illustrés. Inspirant.

Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, 435 pages


Architecture Now! Eat Shop Drink

Philip Jodidio

Le titre est une ode à la consommation, le bouquin est à l’avenant. Dans son style minimaliste, Philip Jodidio, prolifique auteur de la collection « Architecture Now! », récidive à grand renfort d’images léchées et de lieux branchés, œuvres d’architectes et de designers manifestement tous convertis au starckisme. On pénètre ici dans d’innombrables restaurants, bars, boutiques ou grands magasins tous plus ostentatoires les uns que les autres, et ce, peu importe leur emplacement sur la planète. On est souvent très loin du développement durable : pensons notamment à cet hôtel-restaurant chic dans les Alpes suisses, construit à 2100 m d’altitude au grand dam des autorités locales, initialement opposées à sa construction. Mais c’est clair et assumé : les commerces présentés dans Eat Shop Drink ne sont pas destinés à accueillir les sans-le-sou de ce monde. À défaut de pouvoir s’y payer une visite, on parcourt le bouquin. Essentiellement pour les photos, un peu pour l’inspiration.

Taschen, 2012, 416 pages


Dictionnaire de l’architecture

Mathilde Lavenu et Victorine Mataouchek

Plutôt lexique que brique, ce « dictionnaire » est petit et léger. Graphisme simple et clair, deux qualités renforcées par les illustrations et confirmées dans les définitions, brèves et limpides. Avec environ 600 entrées et une centaine de figures, il servira aussi bien aux amateurs qu’aux professionnels. Il définit les principaux termes d’architecture, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, qu’ils concernent l’architecture fortifiée, religieuse, civile, ou encore la charpente, la maçonnerie, etc. Gâble, hypocauste, ressaut ou embarrure n’auront bientôt plus de secret pour vous. Et en plus, il sera utile au scrabble !

Éditions Jean-Paul Gisserot, 2011, 128 pages

 

 

 

Les ouvertures dans le patrimoine résidentiel montréalais

Nathalie Charbonneau

Ce livre plaira surtout à l’amoureux du patrimoine bâti traditionnel, de ses détails, de ses techniques et de ses matériaux. Son sujet est pointu et les textes plutôt succincts, mais il est richement illustré et exhaustif. La première partie classe en différentes catégories les portes, fenêtres, lucarnes et oriels existants dans le bâti résidentiel montréalais. Elle intéressera éventuellement celui qui veut reproduire les ouvertures d’origine lors d’un projet de rénovation ou respecter l’esprit de l’époque. La deuxième partie incite à la réflexion : elle présente en effet des « contre-exemples » qui montrent comment ce patrimoine a été dégradé au fil du temps par des modifications et ajouts qui détonnent sur les plans de la symétrie, du style, de la volumétrie ou de la cohérence des matériaux. D’ailleurs, l’auteure plaide en faveur du recours à l’architecte.

Les Éditions GID, 2012, 174 pages


Vers de nouveaux logements sociaux, tome 2

Francis Rambert et Jean-François Pousse

Au Québec, on entend surtout parler de logement social lorsque les organismes communautaires en réclament davantage. Aussi est-ce un brin surprenant de voir des logements sociaux prendre la vedette dans un musée, comme ce fut le cas deux fois plutôt qu’une à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris. Cette petite plaquette reprend fidèlement le contenu de la deuxième expo et témoigne d’une grande vitalité architecturale, notamment par la variété des propositions. Curiosité entre toutes, cet étrange bâtiment résidentiel en trois temps constitué de maisons de ville en rangée sur lesquelles on a déposé un immeuble à logement, lui-même coiffé de bungalows. Il y a dans ce catalogue de quoi s’inspirer en matière de logement social, et aussi de logement tout court.

Sylvana Editoriale/Cité de l’architecture et du patrimoine, 2012, 125 pages


Dessin de design architectural

Francis D.K. Ching et Steven P. Juroszek

Traduction de Michel L. Saint-Pierre

Après Building Construction Illustrated, la maison d’édition Modulo a eu la bonne idée de traduire un autre ouvrage du célèbre professeur de dessin. On pourrait penser qu’un ouvrage consacré au dessin n’est rien de plus qu’un anachronisme en notre époque numérique, mais il s’agirait d’une grossière erreur. Au moyen de sa plume d’une rare éloquence, Francis D.K. Ching décortique le dessin architectural, nous entraînant du point à l’animation tridimensionnelle en passant par l’apprentissage de la perspective et le développement des concepts. Fidèle à lui-même, il vulgarise pour le profane le concept de couleur numérique au moyen de jolies illustrations en... noir et blanc. En bonus, l’ouvrage est accompagné d’un CD rempli de vidéos où l’auteur donne quelques leçons de dessin. À mettre entre les mains de tous les étudiants en architecture.

Modulo, 2012, 416 pages