Esquisses, vol. 24, no 1, printemps 2013

Plan stratégique de l'OAQ

Loin de le cantonner à un rôle de surveillant, la mission de protection du public de l’Ordre le pousse à favoriser le développement professionnel de ses membres tout en faisant rayonner l’architecture québécoise. Le plan stratégique qu’il vient d’adopter y contribuera grandement.

Jean-Pierre Dumont

Adopté en novembre dernier par le conseil d’administration, le Plan stratégique 2013-2018 a un objectif clair : que l’OAQ devienne la référence en matière de professionnalisme et d’excellence en architecture au Québec. Rien de moins !

Comment y parvenir ? D’abord, en intervenant davantage sur la place publique quant aux enjeux touchant la profession, la qualité de l’architecture et, par ricochet, le développement durable des collectivités. L’Ordre entend aussi accentuer ses efforts en vue d’améliorer la pratique de l’architecture au Québec.

Pour atteindre ces objectifs, l’Ordre compte sur la compétence et l’engagement de son personnel, de ses collaborateurs et de ses partenaires.

 

Quatre priorités

Inspirées des valeurs de l’Ordre – courtoisie, efficacité, compétence et dynamisme –, quatre priorités orienteront les actions des administrateurs et du personnel de l’Ordre. 

 

1. L’amélioration de la pratique

L’amélioration des services de l’inspection professionnelle et de la formation continue permettra aux architectes de maintenir leurs compétences et leur savoir-faire à jour. Notre objectif est que l’ensemble des architectes fasse l’objet d’une inspection sur un horizon de cinq ans. Le programme de surveillance générale de la profession et les méthodes d’inspection seront revus en conséquence. L’offre en matière de formation continue sera pour sa part bonifiée, en quantité comme en qualité, et tiendra davantage compte des besoins actuels des architectes.

L’Ordre s’assurera aussi de bien guider ses futurs membres et d’encadrer les nouveaux architectes dès le début de leur pratique. Ainsi, les maîtres de stage bénéficieront de nouveaux outils d’accompagnement. Sitôt reçus, les nouveaux membres auront accès à une offre de formation continue adaptée à leurs besoins. Enfin, les diplômés en architecture en provenance de l’étranger seront mieux accompagnés dans leur démarche d’intégration.

Au plan de l’aide à la pratique, les documents de référence en architecture seront actualisés. Des lignes directrices sur des sujets d’intérêt pour la profession, notamment la surveillance des travaux, seront aussi élaborées.

 

2. La valorisation et le rayonnement de l’architecture au Québec

Mieux se faire connaître de la population et des gouvernements : voilà pour l’Ordre une façon de faire avancer des dossiers qui touchent les architectes – et la pratique – de près. 

À cet égard, il y a déjà plus d’un projet en préparation. D’abord, l’élaboration d’une politique nationale de l’architecture (ou de l’architecture et de l’aménagement), thème principal de ce numéro d’Esquisses. Un tel parti pris est pour nous un gage d’architecture de qualité qui contribue à l’essor économique, social, culturel et touristique des États qui l’ont clairement exprimé. L’avancement du projet de Loi sur les architectes est un autre élément concret sur lequel l’ordre interviendra, notamment lors des représentations en commission parlementaire. 

Une présence accrue de l’Ordre dans les médias permet à l’architecture québécoise de rayonner davantage. Dans ce but, l’Ordre actualise présentement le programme des Prix d’excellence en architecture et en remanie la programmation, l’image et la portée. Par ailleurs, il accentue la veille dans les dossiers d’affaires publiques et intervient dès que la qualité de l’architecture est en jeu.

La valorisation de l’architecture est également synonyme d’amélioration des pratiques en matière de commande publique. Parmi nos priorités en la matière, notons la mise à jour des règles des concours d’architecture ainsi que la sensibilisation du législateur et des donneurs d’ouvrage à l’importance de sélectionner les architectes sur la base de la compétence. Nous aimerions bien voir disparaître la dictature du plus bas soumissionnaire au Québec au profit d’une meilleure architecture.

Enfin, grâce à la relocalisation prochaine de son siège social au 420, rue McGill, à Montréal, l’Ordre fera la promotion de cette future Maison de l’architecture, du design et de l’urbanisme où des partenaires importants tel le Fonds des architectes logent déjà ou s’installeront sous peu.

 

3. Le développement organisationnel et les services aux membres

Protéger le public tout en accentuant la qualité des services aux membres, cela n’a pour nous rien de paradoxal. La recherche de l’excellence est d’ailleurs à nos yeux le reflet d’un ordre professionnel responsable tourné vers les besoins de ses membres et, donc, de ceux de la société en général.

Pour optimiser la qualité de ses services, l’Ordre instaurera deux nouveaux systèmes ayant trait à la gestion des membres et des documents. Ces progrès technologiques, en plus de faciliter le suivi des dossiers, permettront à la permanence de consacrer plus de temps et d’énergie au développement des affaires de l’Ordre.

Le déménagement du siège social, qui aura lieu à l’été 2013, permettra du même coup d’aménager des bureaux qui favoriseront les interrelations des employés et la collaboration entre les différents services de l’Ordre. Pour la première fois de son histoire, l’OAQ disposera de locaux pleinement fonctionnels.

 

4. L’actualisation de la gouvernance de l’Ordre

Pour réaliser ses objectifs, l’Ordre devra compter sur une solide gouvernance. De la mise en place d’un système de gouvernance stratégique découleront l’élaboration de politiques de gouvernance et l’évaluation du rendement des administrateurs et des gestionnaires. La transparence des décisions sera quant à elle assurée par le respect des exigences gouvernementales en matière d’accès à l’information et la diffusion des procès-verbaux des séances du conseil d’administration.

Du point de vue administratif, une meilleure définition des procédures de l’Ordre aura un impact sur les services rendus aux membres et au public. Concrètement, il sera nécessaire d’actualiser les mécanismes de contrôle interne, de documenter les façons de faire et d’assurer un meilleur contrôle des intervenants et des instances liés à l’Ordre, notamment le Fonds des architectes et la Maison de l’architecture, du design et de l’urbanisme. 

L’Ordre est appelé à poursuivre son développement pour le plus grand bien du public, qui a droit d’exiger une architecture de qualité conçue par des architectes compétents et sensibles aux besoins des usagers. Vaste programme que nous abordons avec enthousiasme et optimisme !

Pour consulter le Plan stratégique 2013-2018

 

Perspective du nouveau siège social de l'OAQ, Intégral Jean Beaudoin