Esquisses, vol. 24, no 1, printemps 2013

Lectures

Architecture : description et vocabulaire méthodiques  

Roland Théron

C’est de la télé mise en livre. L’auteur, géographe et documentariste, a sillonné dix pays sur quatre continents pour filmer différentes manières d’habiter et différents modes de vie. Des plus banales aux plus exceptionnelles, 70 résidences sont présentées dans l’ouvrage qui prend des allures de carnet de voyage, notamment grâce aux photos éclectiques et aux textes décrivant lieux et rencontres. D’une manière bien personnelle, Roland Théron s’attarde aux habitats traditionnels ou à ceux conçus pour faire face à un défi particulier. Il met aussi certains contrastes en relief, tels les townships de Cape Town et leur voisine huppée d’un quartier sécurisé. Et tout en cherchant à montrer la diversité, la richesse de l’architecture et des techniques de construction, il expose les inégalités sociales et garde à l’esprit les enjeux de développement durable.

Éditions de La Martinière, 2012, 236 pages

 

Déclin et survie des grandes villes américaines

Jane Jacobs

Plus d’un demi-siècle après sa première édition, cet ouvrage demeure d’actualité, ce qui n’est pas nécessairement une bonne nouvelle. En effet, la planification urbaine des 50 dernières années semble avoir fait bien peu de cas des constats de Jacobs, qui, dès le milieu des années 1950, a scruté les villes comme si elles étaient des laboratoires grandeur nature afin d’en tirer les exemples à répéter et ceux à oublier. Apôtre de la mixité des usages et des occupations, elle avait une vision de la ville à l’opposé de celles des futurologues de l’époque qui cherchaient plutôt à en compartimenter les usages. Force est de constater que ce sont ces derniers qui ont eu gain de cause, et qu’on en aura encore pour quelques décennies à réparer les pots cassés. Heureusement, les Jacobs de ce monde les auront au moins empêchés de détruire les Greenwich Village, Saint-Jean Baptiste et ghetto McGill qui font le bonheur de leurs habitants.

Parenthèses, 2012, 411 pages

 

Il court, il court le Bauhaus : Essai sur la colonisation de l’architecture

Tom Wolfe

Aussi bien vous le dire tout de suite : cet essai comporte des scènes de dérision qui risquent de ne pas convenir à tous les publics. Dans cette petite plaquette écrite en 1981 et récemment rééditée, le romancier Tom Wolfe (il a écrit notamment Le bûcher des vanités, porté à l’écran par Brian de Palma) s’en prend avec une prose dévastatrice au Bauhaus et à l’ensemble de l’architecture moderne, dénonçant ce qu’il appelle le « style du logement ouvrier » imposé par « le sérail ». Féroce, mais aussi très bien documenté et donc instructif, l’ouvrage se lit comme un roman. Mais si vous ne jurez que par le génie de Walter Gropius ou vous sentez profondément en symbiose avec l’ensemble de l’œuvre de Le Corbusier, vous devriez peut-être lire autre chose.

Belles lettres, 2012, 131 pages

  

Matières

Ouvrage collectif

Petit bijou que ce 10e numéro de Matières, publication annuelle d’un institut d’architecture suisse. Sous sa couverture dépouillée, il plonge le lecteur dans l’analyse de la production architecturale contemporaine à travers un angle propre à chaque contribution : le plaisir de la forme architecturale, l’empilement et le tressage de structures, l’intensité sculpturale chez Frank Gehry, une étude de la géométrie simple, le traitement ornemental de l’enveloppe du bâtiment, etc. Seuls fils conducteurs : la rigueur des exposés des différents auteurs, ainsi qu’un regard résolument critique sur l’architecture contemporaine, à mi-chemin entre histoire et théorie. Malgré sa facture modeste – les photos sont en noir et blanc –, l’ouvrage est assurément utile à la compréhension de projets récents de même qu’à leur éventuelle incidence sur l’histoire de l’architecture.

Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, 160 pages

 

Patrimoine en devenir : L’architecture moderne du Québec

France Vanlaethem

Rares sont les ouvrages consacrés à l’architecture moderne québécoise, et France Vanlaethem, notamment présidente fondatrice de Docomomo Québec et fervente défenderesse de cet héritage mal-aimé, était toute désignée pour en tracer les contours. Exhaustive et richement documentée, sa recension – qui s’étend à l’ensemble du territoire québécois – va du bungalow aux églises en passant par les bâtiments culturels, industriels et administratifs. Certains sont déjà classés, tandis que d’autres présentent aux yeux de l’auteure un fort potentiel patrimonial. Ce qui n’empêchera pas le lecteur de hausser parfois le sourcil : le Complexe G, vraiment ? Malgré tout, cet héritage étant passablement méconnu au Québec, elle a le mérite d’en poser les premiers repères, quitte à susciter la controverse. Abondamment illustré, le bouquin met en valeur le travail remarquable du photographe Michel Brunelle. Béton. 

Publications du Québec, 2012, 227 pages

  

L’architrave, le plancher, la plate-forme : Nouvelle histoire de la construction

Sous la direction de Roberto Gargiani

Osons le dire d’emblée : il fallait probablement être un peu fêlé pour entreprendre la rédaction de cet ouvrage, et il faut peut-être l’être un peu aussi pour s’attaquer à sa lecture. Et pourtant, au-delà du titre un peu rébarbatif, voilà une magnifique histoire des structures horizontales que sont les poutres, les planchers et les plate-formes. Plus d’une centaine d’auteurs y explorent tout autant de sujets, nous entraînant des plafonds des temples de l’Égypte ancienne jusqu’aux coques du Rolex Learning Center, à Lausanne, pour nous exposer avec force détails les techniques de construction et leur évolution. On sourira aussi parfois, notamment lorsqu’on y apprendra que les travaux du Palazzo Vecchio, à Florence, ont souffert de gaspillages et de vols. Comme si les techniques de construction évoluaient en parallèle avec de nouvelles formes de collusion.

Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, 912 pages

 

 

La responsabilité de l’inspecteur préachat

Lorraine Talbot, Isabelle Viens, Natale Screnci 

L’inspecteur préachat est devenu un acteur incontournable des transactions immobilières. À ce titre, sa responsabilité est régulièrement invoquée devant les tribunaux sur la base, comme l’affirment les auteurs de ce guide pratique, de fondements flous ou imprécis. Les professionnels de l’inspection préachat, leurs assureurs, leurs clients et les juristes intéressés par la question verront dans ce guide clair et précis un condensé des principes qui gouvernent ce secteur d’activités relativement nouveau et exempt d’encadrement réglementaire. On y trouvera un résumé des obligations de l’inspecteur, des attentes légitimes par rapport à celui-ci et, surtout, des limites de son intervention. L’ouvrage est complété par des annexes, présentées sous forme de tableaux, qui résument l’ensemble de la jurisprudence rendue par les tribunaux québécois au cours des dernières années. Fort utile pour les architectes portant à l’occasion le chapeau d’inspecteur ou à quiconque s’intéresse à cette « science » loin d’être exacte.

Éditions Yvon Blais, 2012, 140 pages

 

Habiter la Terre : Des maisons et des hommes

Roland Théron

C’est de la télé mise en livre. L’auteur, géographe et documentariste, a sillonné dix pays sur quatre continents pour filmer différentes manières d’habiter et différents modes de vie. Des plus banales aux plus exceptionnelles, 70 résidences sont présentées dans l’ouvrage qui prend des allures de carnet de voyage, notamment grâce aux photos éclectiques et aux textes décrivant lieux et rencontres. D’une manière bien personnelle, Roland Théron s’attarde aux habitats traditionnels ou à ceux conçus pour faire face à un défi particulier. Il met aussi certains contrastes en relief, tels les townships de Cape Town et leur voisine huppée d’un quartier sécurisé. Et tout en cherchant à montrer la diversité, la richesse de l’architecture et des techniques de construction, il expose les inégalités sociales et garde à l’esprit les enjeux de développement durable.

Éditions de La Martinière, 2012, 236 pages

 

Ethnologie de la porte

Pascal Dibie 

Ce professeur d’ethnologie, qui avait déjà écrit Ethnologie de la chambre à coucher et Le village métamorphosé, s’attelle cette fois aux réalités et à la symbolique de la porte, des passages et des seuils à travers le temps et les cultures. L’ensemble est érudit, varié et riche; la littérature et l’Histoire sont mises à contribution, au même titre que les observations sur le terrain, pêchées sur divers continents. Cette matière première nourrit la réflexion de l’auteur, qui reste accessible et qui, par moments, se fait conteur. Bref, l’ouvrage s’adresse aux lecteurs curieux qui veulent aller au-delà de l’objet lui-même et repenser la séparation entre l’intérieur et l’extérieur. Une promenade fascinante sous le signe des sciences humaines. 

Métailié, 2012, 432 pages

 

 

 

 

Tree Houses

Philip Jodidio 

Ce n’est pas le premier livre sur le sujet, mais il est superbe. Son grand format et la qualité des illustrations magnifient cette tendance qui fait pousser les maisons dans les arbres. Qu’elles soient construites par des architectes ou par des artisans anonymes, ces maisons révèlent des techniques et les styles architecturaux d’une étonnante diversité. Néanmoins, elles partagent toutes une certaine proximité avec la nature et son influence. Autre point commun : le bois, LE matériau de prédilection. On trouvera un intérêt certain à observer les multiples structures de ces constructions où le rustique côtoie le luxueux. Malgré la présence de quelques exemples traditionnels, l’essentiel de l’ouvrage démontre que le design résidentiel dernier cri – ostentatoire ou épuré – se niche désormais aussi entre les branches. À tel point que certaines maisons tiennent davantage du château que de la cabane, ce qui fait un drôle d’effet, tout de même.

Taschen, 2012, 352 pages

 

Design ?

Frédéric Metz

Le point d’interrogation dit tout. Dans ce livre quasi pamphlétaire, Frédéric Metz passe au vitriol le mauvais design qui envahit notre quotidien. Aujourd’hui, tout et n’importe quoi peut être design, et n’importe quel quidam se croyant doté d’une demi-once de bon goût peut prétendre au titre galvaudé de designer, plaide-t-il. Or, il y a un monde entre bon et mauvais design, illustre ce professeur de l’UQAM. Qui n’a pas cherché le bouton de sortie dans un ascenseur – faut-il appuyer sur RC, L, G, GF, B ou 1 ? – ou celui du compte chèque sur un terminal de paiement électronique ? Pourtant, le bon design est simple, intuitif, logique et repose bien souvent sur d’infimes détails. De la pinte de lait à la Ferrari en passant par les bungalows, ce bouquin abondamment – et magnifiquement – illustré rappelle que le bon design, au même titre que l’architecture, améliore et simplifie la vie.

Flammarion Québec, 2012, 255 pages 

 

Bardages en bois : Guide pratique

Ingo Gabriel

Voilà encore un petit bouquin que nous aurions aimé voir publié ici et qui, à cause de l’étroitesse du marché québécois, nous arrive plutôt du nord de l’Allemagne. Toutefois, au-delà des nécessaires adaptations, tout est à prendre dans ce guide aussi pratique que son titre l’indique. Du bref historique jusqu’à la conception, en passant par les raccords et le traitement, on va à l’essentiel sans lésiner sur les tableaux, photos et autres détails de construction nécessaires à la bonne compréhension du propos. En prime, on y offre une recette de fabrication du rouge de Falun, enduit utilisé depuis le 16e siècle en Suède pour protéger les bardages. On en redemande !

Presses polytechniques et universitaires romandes, 2012, 113 pages