Esquisses, vol. 26, no 3, automne 2015

Critères de qualitéBonnes notes


13 pistes concrètes pour concevoir les écoles du 21e siècle.

Martine Roux

 

La recherche sur les pratiques pédagogiques et les lieux d’apprentissage ne date pas d’hier. Dès le 19e siècle, des pédagogues novateurs comme John Dewey ou Maria Montessori réclamaient des espaces adaptés à leurs méthodes d’enseignement expérimentales !

Plus récemment, le courant de recherche portant sur l’école efficace a déterminé des critères d’architecture ou de design favorisant la santé, le bien-être et la réussite des élèves. Si « les pratiques pédagogiques et éducatives évolueront toujours plus vite que les murs », comme l’écrivait il y a 10 ans la sociologue française Marie-Claude Derouet-Besson, il est désormais établi que l’architecture est un acteur-clé de la réussite scolaire. Après les parents et les enseignants, elle serait même le troisième professeur, du nom d’un courant américain – The Third Teacher – en vertu duquel contenu et contenant vont de pair.

Nous résumons ici les principaux constats de différents auteurs et architectes qui se sont penchés sur les applications concrètes de l’architecture scolaire efficace du 21e siècle. En partant du principe que l’école doit être accessible et conçue pour tous, il va sans dire.

 

1. Polyvalence et flexibilité des espaces

Prévoir la possibilité d’accueillir différentes clientèles, dont des enfants présentant des besoins particuliers. En outre, les modes de travail collaboratifs se multiplient et les élèves ont l’habitude d’interagir entre eux.

 

2. Santé et sécurité

Prioriser la sécurité des enfants dans la conception des accès. Éviter les débarcadères où peuvent se croiser piétons et automobilistes. Employer des matériaux sains et de la peinture sans COV.

 

3. Organisation fonctionnelle

Localiser gymnase, locaux du service de garde, salle polyvalente et autres fonctions avec usages périscolaires au rez-de-chaussée et en lien avec la cour d’école.

 

4. Lumière

Favoriser un apport important de lumière naturelle, mais éviter l’ensoleillement direct. Au besoin, contrôler les risques d’éblouissement et les gains thermiques au moyen de fenêtres avec facteurs d’assombrissement ou de stores résistants, peu bruyants et faciles à utiliser. Quant à l’éclairage d’appoint, il doit être abondant et de grande qualité.

 

5. Confort acoustique

Privilégier les cloisons de gypse et les panneaux acoustiques ainsi que les revêtements de sol souples – malgré ses qualités acoustiques, le béton n’est pas apprécié des enseignants et des élèves en raison de son aspect froid et carcéral. Orienter les classes loin des sources de bruits extérieurs. Des espaces de rangement aménagés entre deux classes peuvent servir de tampon.

 

6. Intégration des technologies

Équiper pour aujourd’hui tout en anticipant les outils et les technologies de demain. Par exemple, l’enseignant pourrait un jour se trouver à distance (ce qui est déjà une réalité dans certaines écoles secondaires américaines) et les enfants pourraient ne plus être astreints à travailler en classe, comme dans les écoles Steve Jobs (!), aux Pays-Bas.

 

7. Couleur

Dans les classes, opter pour des couleurs neutres, avec des accents ou un seul mur de couleur vive. Dans le reste de l’école, utiliser les couleurs vives dans la signalétique ou les éléments de décoration; elles aident au repérage et contribuent à développer le sentiment d’appartenance.

 

8. Circulation

Écoles primaires : prévoir des corridors larges et de navigation simple, agrémentés de caractéristiques distinctives (couleur, revêtement texturé, etc.). Un plus : les corridors avec percées sur l’extérieur ou sur d’autres espaces, comme la bibliothèque.

Écoles secondaires : connecter une abondance d’espaces de circulation avec des lieux d’échanges telles agoras permettant des réunions spontanées. À noter : la circulation doit être facile à gérer au moment du changement de classe.

 

9. Lien avec la nature

Intégrer des vues (à hauteur d’enfant) sur les environnements naturels. À l’intérieur, la végétation a un effet calmant et aide à la concentration.

 

10. Espaces de travail en autonomie

Au secondaire, multiplier les lieux de petites dimensions pour travailler seul ou en petits groupes (ailleurs qu’à la salle polyvalente ou à la bibliothèque). Favoriser les espaces décloisonnés ou en transparence pour faciliter la surveillance.

 

11. Cour de récréation

Écoles primaires : intégrer de la végétation (arbres, arbustes), marquer le sol et les murs avec de la couleur, offrir différents équipements de jeux dont certains pourront être déplacés.

Écoles secondaires : en plus de la grande cour, imaginer différents accès à des espaces extérieurs de moindres dimensions servant à échanger ou à travailler.

 

12. Matériaux et équipements

Choisir des produits durables : les petites mains font un usage intense du mobilier et de l’équipement scolaire, tandis que les budgets d’entretien sont limités.

 

13. Milieu environnant

Rechercher l’équilibre entre la sécurité et l’ouverture sur la communauté et le quartier.

 

En-tête : Groupe scolaire Pasteur, Grenoble, France, r2k architectes. Photo : Jussi Tiainen