Esquisses, vol. 27, no 4, hiver 2016-2017

Congrès 2016Apprivoiser le changement

Était-ce le thème du BIM, la tenue du congrès dans le sympathique quartier Saint-Roch ou simplement le goût de se retrouver entre architectes qui a attiré 150 participants à l’hôtel Pur de Québec, les 15 et 16 septembre dernier ? Peut-être tout ça à la fois.

Christine Lanthier

Dès l’ouverture du congrès, Serge Beauchemin, entrepreneur bien connu pour sa participation à l’émission Dans l’œil du dragon, a fait salle comble malgré l’heure matinale de sa présentation. Il a captivé l’auditoire en racontant son parcours exceptionnel : démarrage d’une entreprise de vente de logiciels avec un capital de 40 $, croissance fulgurante et fortune pour les actionnaires. Ayant amassé suffisamment d’argent pour vivre sans travailler pour le restant de ses jours, il a plutôt choisi de devenir investisseur afin d’aider d’autres entrepreneurs à croître en partageant sa vision du succès. Celle-ci tient en cinq éléments : aspirer à quelque chose de grand, croire en sa capacité de réussir, agir en conséquence, contribuer à un monde meilleur et apprendre constamment.

La table était mise pour le thème des deux journées du congrès, la modélisation des données du bâtiment – MDB ou BIM, dans le jargon. Selon les experts présents, c’est la grande révolution qui touchera le milieu de la construction dans les prochaines années, et son impact pourrait être supérieur à celui qu’a eu le passage du dessin à la main vers AutoCad. Car plus que l’adoption de nouvelles technologies, c’est la manière de travailler des architectes qui s’en trouve profondément modifiée, comme l’expose le dossier paru dans le numéro d’Esquisses de l’été 2016.

Bon nombre d’architectes se sont déjà initiés à la MDB. Selon une étude du Groupe de recherche en intégration et développement durable de l’ÉTS, c’est le cas de 41 % d’entre eux. Mais pour la majorité, il s’agit d’un monde encore inconnu. Les différentes présentations ont donc contribué à une nécessaire mise à niveau.

Charrette

Projet soumis lors de la charrette « Sous les bretelles de l’autoroute Dufferin-Montmorency »
Photo : Simon Dufresne

Outre les visites guidées au monastère des Augustines et au pavillon Pierre Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec, un autre moment fort du rassemblement a été la charrette d’architecture intitulée « Sous les bretelles de l’autoroute Dufferin-Montmorency », organisée en collaboration avec le Centre de formation en développement durable (CFDD) de l’Université Laval. Cet atelier a réuni six équipes, composées d’un architecte expérimenté, d’un architecte débutant ou d’un stagiaire, d’un ingénieur et d’un intervenant dans une autre discipline (urbaniste, technologue ou autre).

Les participants avaient huit heures, pas plus, pour réaliser un prototype de développement et d’aménagement, depuis l’idéation jusqu’au montage d’une maquette. Guidés par les formateurs du CFDD, ils devaient appliquer les principes du processus de conception intégrée.

Les six projets ont été présentés lors du cocktail de clôture du congrès, puis soumis au vote de l’assistance – ces présentations peuvent être visionnées sur la page Facebook de l’OAQ. Ils ont ensuite été déposés à la Ville de Québec dans le cadre de la consultation publique concernant le programme particulier d’urbanisme du secteur sud de Saint-Roch, les 22 et 23 septembre dernier. Le dynamisme que cette activité a insufflé au congrès encourage l’OAQ à répéter l’expérience.

Dans un souci d’amélioration continue, les organisateurs ont par ailleurs pris bonne note des commentaires émis durant le congrès et par l’entremise d’un sondage envoyé aux participants.



2017, année spéciale

À l’automne 2017, le congrès de l’OAQ fera place au Sommet mondial du design, qui se tiendra à Montréal. Des professionnels de toutes les disciplines concernées, dont l’architecture, élaborent actuellement la programmation. 


 

 

Retour sur l'assemblée générale annuelle

Le mercredi 14 septembre se tenait l’assemblée générale annuelle l’OAQ à l’hôtel Pur de Québec. Ce rendez-vous a permis à l’Ordre de faire un bilan de ses activités de la dernière année. En voici les faits saillants. 

• Le rapport annuel 2015-2016 a été déposé.

• L’auditeur de l’Ordre a effectué un survol des états financiers de l’exercice 2015-2016. Il a attesté de leur conformité sans émettre de réserve et a souligné l’excellente collaboration de l’Ordre au processus de vérification.

• Un état des lieux de la Maison de l’architecture et du design a été présenté, suivi des bilans du Fonds des architectes et d’Architectes de l’urgence et de la coopération.

• La composition du conseil d’administration 2016-2017, résultat des élections tenues au printemps 2016, a été annoncée :

- Présidente : Nathalie Dion

- Administrateurs élus : Denis Baril, Jean Beaudoin, Valérie Daoust, Carolyne Fontaine, Claude Frégeau, Daniel Gilbert, Julien Gouin-Charbonneau, Louis Leduc (a démissionné depuis), Guillaume Lévesque, Patrick Littée, Rémi Morency, Normand Pratte, Maude Thériault.

- Administrateurs nommés par l’Office des professions du Québec : Louise Champoux-Paillé, Francine Cléroux, Guy Simard.

- L’Ordre a salué le dévouement des administrateurs dont le mandat prenait fin, soit Stéphanie Augy, Hélène Beaudry, Pierre Émond et Bernard McNamara.

- L’assemblée a adopté une motion de félicitations à Bernard McNamara, en reconnaissance de l’ensemble de son travail pour l’Ordre.

- L’assemblée a accepté la recommandation du conseil d’administration d’augmenter la cotisation de 4 % pour l’année 2017-2018, et a approuvé les exemptions de cotisation.

- Le conseil d’administration a rappelé qu’il avait décidé, en juillet dernier, d’abolir le programme d’assurance collective.

- Des six propositions émises par les membres et inscrites à l’ordre du jour, cinq ont été rejetées par l’assemblée et une a été appuyée. Celle-ci porte sur l’introduction du vote électronique dans le Règlement sur les élections au conseil d’administration; elle va dans le sens des démarches que l’Ordre a déjà entreprises. Le nouveau processus devrait être fonctionnel lors des élections 2018.