Esquisses, vol. 26, no 4, hiver 2015-2016

MultimédiaLivres et applications

Space for Change
Dokk1 - Aarhus’ new meeting place

Collectif

Voilà un ouvrage qui fait converger plusieurs dadas d’Esquisses : bibliothèque de type troisième lieu, réappropriation des berges, participation citoyenne, aménagement du territoire... Il raconte la genèse de la bibliothèque d’Aarhus, deuxième ville du Danemark, sur un ancien site portuaire à l’embouchure d’une rivière qui rythme l’économie locale depuis l’époque des Vikings. Conçu par Schmidt Hammer Lassen comme un espace public couvert, le bâtiment comprend des façades transparentes qui permettent au visiteur de se situer en tout temps par rapport à la ville. Autour, l’aménagement accueille diverses activités (vélo, planche à roulettes, aire de jeux). Les visiteurs qui s’y rendent par le train peuvent descendre à la gare située sous le bâtiment, tandis que les automobilistes n’ont qu’à laisser leur véhicule aux portes du stationnement automatisé. Outre de nombreuses photos pleine page, le volume comprend des esquisses, des plans et des explications sur l’ambitieux et exigeant processus de conception, qui a inclus les usagers à toutes les étapes.

Aarhus Kommunes Biblioteker, 2015, 134 pages

 

Papineau Gérin-Lajoie Le Blanc : Une architecture du Québec moderne, 1958-1974

La station de métro Peel, l’aéroport de Mirabel, la résidence des jeunes filles de l’Université de Montréal et le pavillon du Québec à Expo 67 sont des projets qui ont marqué leur époque en proposant une esthétique et des technonogies novatrices, notamment en ce qui a trait à l’emploi du béton et du verre. Ils font partie des neuf projets présentés dans cette exposition, qui rend hommage à l’œuvre de PGL, un bureau d’architectes emblématique de la modernisation du Québec. Préparée par les étudiants du bac en design de l’environnement de l’UQAM, sous la direction de trois professeurs, l’exposition met en scène plans, esquisses, photos de chantier et maquettes tirés des archives, ainsi que des maquettes en bois – réalisées par les étudiants – de quelques-uns de ces bâtiments encore aujourd’hui bien connus des Québécois. La présentation de chacun des projets rend compte de la tension qui régnait entre les idéaux avant-gardistes de cette boîte, qui se réclamait des Philip Johnson, Eero Saarinen et Paul Rudolph, et ceux de ses clients, plus ou moins conservateurs. Plus ça change...          

Cette exposition a bénéficié du soutien financier du Conseil des arts du Canada et de l’OAQ.
Au Centre de design de l’UQAM jusqu’au 17 janvier

 

Metropolis

Benoit Tardif

L’illustrateur Benoit Tardif, au style inimitable et coloré, propose dans cet album jeunesse un tour du monde en 32 villes. Chaque double page permet de découvrir une cité en un clin d’œil. L’accent est mis sur l’architecture, bien que les autres attraits, telles les traditions culinaires ou sportives, ne soient pas oubliés. C’est ludique et instructif, et en même temps d’une simplicité étonnante. Montréal est représenté par la basilique Notre-Dame, une boutique de bagels, la tour de l’Horloge, un joueur du Canadien, la Ronde, le Palais des congrès, le mont Royal et ses tam-tams, une rangée de triplex, un sandwich à la viande fumée, un musicien sur scène, sans oublier le stade et sa tour. Un cadeau de Noël parfait pour donner la piqûre du voyage !         

Comme des géants, 2015, 68 pages

 

 

 

 

Précisions sur un état présent de l’architecture

Jacques Lucan

Pourquoi le stade olympique de Beijing ressemble-t-il à un nid d’oiseau ? Pourquoi Zaha Hadid tient-elle à exploiter des formes tout sauf géométriques ? D’où viennent ces tendances qui consistent à empiler des formes qui sont disparates ou à exposer les structures ? Certes, l’avènement des technologies numériques au tournant des années 1990 a permis de nouvelles possibilités, mais il y a plus que cela : la recherche, l’expérimentation et la volonté de se dissocier des réalisations passées donnent lieu, aujourd’hui comme hier, à des formes sans cesse renouvelées. L’architecte, historien et professeur Jacques Lucan entreprend ici d’établir un classement, voire une généalogie de l’architecture des 30 dernières années en se référant à la philosophie, à la littérature, aux arts et au discours des architectes eux-mêmes. Savant, néanmoins lisible la plupart du temps, cet ouvrage offre de précieuses clés pour comprendre les propositions architecturales récentes, qui parfois peuvent dérouter.

Presses polytechniques et universitaires romandes, 260 pages

 

 

Éco-urbanisme : Défis planétaires, solutions urbaines

Jean Haëntjens et Stéphanie Lemoine

Depuis quelques années, les villes sont vues comme des lieux où peuvent s’inventer des solutions durables pour affronter les défis planétaires. Cet ouvrage simple à consulter fait le tour des différents enjeux et les met en lien pour leur donner une cohérence : mobilité, organisation spatiale, inclusion sociale et économique, consommation énergétique et émissions de gaz à effet de serre, gouvernance, etc. Le texte est découpé en chapitres et en paragraphes succincts, bien illustrés et ponctués d’encadrés présentant des données ou des exemples. Et, pour une fois, ces exemples inspirants ne sont pas tous européens ! À distribuer à tous les décideurs publics.          

Écosociété, 2015,122 pages

 

Métro

Nadine Gomez

Vous ne regarderez jamais plus le métro de Montréal de la même façon après avoir visionné ce fascinant petit film duquel se dégage une poésie inattendue. L’architecture des entrailles de la ville est magnifiée par les images en noir et blanc. À travers les cadrages larges ou serrés, on prend conscience de la monumentalité d’un plafond cathédrale, du graphisme épuré d’un couloir, de l’aspect rétro d’un alignement de sièges, du détail d’une œuvre d’art ou de la texture du béton. La réalisatrice n’oublie pas la vie qui habite ce réseau : les usagers s’insèrent naturellement dans ce décor, qu’ils attendent sur un quai, voyagent dans une rame ou jouent de la musique dans un corridor. La caméra capte également les employés du métro, du changeur de jour au soudeur de nuit, faisant découvrir les gestes, la mécanique et les coulisses. Le court-métrage sera présenté au printemps par la STM dans le cadre du 50e anniversaire du métro et avant le long métrage Un amour d’été, à l’été 2016.

Films du 3 mars, documentaire sans dialogues, 2015, 17 min

 

Objets risqués

Sous la direction d’Inès Lamunière

Le pont Champlain et autres échangeurs Turcot ont atteint la fin de leur vie utile. Au Québec comme ailleurs, l’heure est à remplacer ou à repenser ces infrastructures implantées à une époque où on n’hésitait pas à raser des quartiers pour faire place à la modernité. Mais aujourd’hui, il faut compter avec le « déjà là ». Les textes de ce collectif sont autant de réflexions sur l’art d’intégrer les infrastructures au cadre existant. Ainsi, les voies rapides peuvent aussi desservir les quartiers qu’elles traversent plutôt que de simplement canaliser les véhicules vers des zones périphériques. Les ponts peuvent accueillir des habitations, les viaducs, des salles de spectacle. Depuis Montréal jusqu’à Beyrouth en passant par Genève et Berlin, les auteurs, des architectes pour la plupart, y vont de propositions rafraîchissantes, qui mettent de l’avant la désormais nécessaire multidisciplinarité. Mention spéciale pour avoir fait une place à des projets étudiants.              

Presses polytechniques et universitaires romandes, 2015, 208 pages