Esquisses, vol. 30, no 3, automne 2019

Brèves

Inspiration — Espace de rêve pour employés

L’espace des employés de l’hôtel InterContinental, Montréal, ATELIER nest
Photo : ATELIER nest

Look zen, éclairage feutré, détails élégants. Non, ces attributs ne décrivent pas des espaces destinés à une clientèle de luxe, mais bien ceux que l’hôtel InterContinental de Montréal offre à ses employés ! L’établissement a retenu les services de la firme ATELIER nest pour concevoir l’INTERcaf, une cafétéria équipée de meilleures distributrices automatiques ainsi qu’un espace de travail nommé VIT lounge, un espace de repos appelé SVART lounge et des vestiaires incluant douches, toilettes et espaces pour se changer. Rares sont les rénovations de ce genre dans le monde hôtelier. Ça donne envie d’envoyer son CV !

 

Accessibilité : Nouveau guide de la RBQ et nouvelle loi canadienne

Votre projet d’immeuble prévoit-il suffisamment de logements « minimalement accessibles » aux personnes handicapées ou d’appartements « adaptables » pour les locataires à mobilité réduite ? Pour vous aider à mieux comprendre les nouvelles exigences d’accessibilité du Code de construction du Québec, en vigueur à compter du 1er septembre 2020, la Régie du bâtiment du Québec a produit un guide d’une trentaine de pages sur la question. Clair, concis et abondamment illustré, il détaille toutes les exigences applicables et toutes les exclusions prévues, en s’attardant à chacune des pièces du logement et aux considérations liées à la transformation du bâtiment lui-même. 

À l’échelle canadienne, soulignons l’entrée en vigueur, en juillet dernier, de la Loi canadienne sur l’accessibilité, qui s’applique dans les secteurs sous réglementation fédérale (banques, transports et communications), dans les sociétés d’État et au gouvernement canadien. La nouvelle loi exige notamment des organisations qu’elles publient leurs plans d’accessibilité et qu’elles donnent suite aux commentaires du public en cette matière.

 

Environnement : Des GES oubliés ?

Réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) des bâtiments, c’est le défi du siècle pour les architectes et le milieu de la construction. Or, il semble que les chemins empruntés pour ce faire n’ont pas été parfaitement balisés, selon une étude de l’International Institute for Sustainable Development (IISD), un groupe de réflexion se consacrant à la recherche de solutions liées au développement durable au Canada, aux États-Unis et en Suisse. Ses chercheurs concluent que les analyses de cycle de vie (ACV) qui comptabilisent les émissions des matériaux doivent intégrer davantage de données et être effectuées avec plus de transparence et selon des normes plus rigoureuses. L’étude indique toutefois que le Canada est sur la bonne voie en favorisant la méthode d’ACV du cadre bâti, « à condition de prendre les précautions appropriées ». Une attention particulière devrait être accordée aux produits du bois contenant du carbone biogénique, par exemple le bois exotique provenant d’une forêt non gérée ou d’une zone dont le sol a été endommagé. Ces produits peuvent générer dans certains cas des émissions nettes de CO2 supplémentaires. L’IISD invite aussi à tenir compte de la « variabilité régionale significative des émissions de GES de différents matériaux ».