Politique québécoise de l'architecture

Promenade Samuel-De Champlain
Architecture : Daoust Lestage inc.
Aménagement : Consortium Daoust Lestage inc. - Williams Asselin Ackaoui - Option aménagement
Photo : Marc Cramer

Depuis 2014, l’Ordre des architectes du Québec déploie de nombreux efforts afin que soit adoptée une politique québécoise de l’architecture. Ces efforts ont culminé en la publication du Livre blanc pour une politique québécoise de l’architecture au printemps 2018. Ce livre blanc a notamment été déposé auprès du ministère de la Culture et des Communications.

Pourquoi une politique québécoise de l'architecture?

• Améliorer la qualité architecturale des bâtiments, des espaces publics et des infrastructures qui nous entourent, c’est-à-dire leur fonctionnalité, leur durabilité et leur esthétique ;
• Mieux refléter l’identité culturelle du Québec dans son architecture, entre autres par la préservation du patrimoine ;
• Préserver et mettre en valeur la beauté de nos paysages, afin de développer l’attractivité du Québec;
• Intéresser le grand public aux enjeux liés à l’environnement bâti (étalement urbain, efficacité énergétique, logement, accessibilité universelle, etc.) ;
• Soutenir les municipalités et les régions dans l’amélioration de la qualité de leurs bâtiments, espaces publics et infrastructures ;
• Rehausser l’expertise des architectes, ingénieurs urbanistes et constructeurs québécois ;
• Responsabiliser les maîtres d’ouvrage publics quant à leur rôle à l’égard de la qualité architecturale : ce qu’ils bâtissent aujourd’hui va durer longtemps et donc, doit répondre aux besoins à long terme de la société ;
• Favoriser la recherche et l’innovation, afin de trouver des réponses aux défis actuels et futurs entourant l’architecture ;
• Faire connaître le savoir-faire des architectes d’ici, que ce soit chez nous ou à l’étranger ;
• Favoriser une diversité des firmes d’architectes dans la commande publique.

Une vingtaine de pays ou de régions d’Europe sont dotés d’une politique de l’architecture, notamment la Norvège, le Danemark et les Pays-Bas. La France a été une pionnière dans ce domaine, en adoptant, en 1977, une loi qui reconnaît le caractère culturel de l’architecture et la notion d’intérêt public qui y est liée.

Le Livre blanc pour une politique québécoise de l’architecture

Un livre blanc, c’est un document destiné aux décideurs qui propose des pistes de solution à un problème. Notre Livre blanc pour une politique québécoise de l’architecture propose une feuille de route au ministère de la Culture et des Communications et à l’ensemble des ministères concernés par l’architecture et l’aménagement afin que soit élaborée une politique québécoise de l’architecture.

En lançant ce livre blanc, l’Ordre rappelle au gouvernement qu’il est temps de définir une vision cohérente qui rallie l’ensemble des acteurs concernés par l’environnement bâti. L’Ordre est prêt à collaborer à son élaboration et à sa mise en œuvre.

 La première recommandation du Livre blanc est la création d’un groupe de travail qui serait chargé de :

• définir la qualité architecturale à laquelle le Québec doit aspirer;
• favoriser l’adoption de pratiques exemplaires;
• éliminer les obstacles réglementaires et les incohérences interministérielles qui nuisent à l’architecture de qualité. 

Nous y recommandons que diverses autres initiatives soient également entreprises en parallèle, comme :

• lancer des activités de sensibilisation à l’architecture s’inspirant des Journées de la culture;
• communiquer une vision claire du patrimoine et des outils encadrant plus adéquatement la prise de décision en matière de patrimoine;
• faire connaître les pratiques exemplaires en matière d’accessibilité universelle;
• accompagner les municipalités dans l’élaboration de leurs politiques d’octroi de contrats et de participation citoyenne pour favoriser la qualité architecturale.

La Déclaration pour une politique québécoise de l'architecture

En octobre 2017, l'OAQ a invité les Québécois à signer la Déclaration pour une politique québécoise de l'architecture.

Cette déclaration fait suite à un exercice de consultation mené en collaboration avec l'Institut du Nouveau Monde dans 13 villes québécoises au printemps 2017. Cette conversation publique, à laquelle ont participé quelque 500 personnes, avait pour but:

• de sensibiliser les Québécois à l'influence du cadre bâti sur la qualité de vie;
• d'entendre leurs préoccupations en matière de cadre bâti;
• de communiquer ces préoccupations au gouvernement du Québec et de lui démontrer la nécessité d’une politique québécoise de l’architecture. 

Puis, le 28 septembre 2017, l'OAQ a tenu le Forum pour une politique québécoise de l'architecture, qui a réuni près de 300 personnes au Palais des congrès de Montréal.

Signer la Déclaration pour une politique québécoise de l'architecture
Consulter le bilan de la conversation publique
Consulter la page du Forum pour une politique québécoise de l’architecture 
Consulter le numéro d'Esquisses (Vol. 28, No 3, automne 2017) sur la politique de l'architecture

 
De nombreux appuis

En campagne depuis 2014 pour l’adoption d’une politique québécoise de l’architecture, l’OAQ a jusqu’ici obtenu l’appui officiel de 50 municipalités et arrondissements, dont les villes de Montréal, Québec, Laval, Longueuil, Sherbrooke et Gatineau (consulter la liste des appuis). Par cette déclaration, il veut maintenant susciter l’adhésion des citoyens et des organisations préoccupés par la qualité architecturale, afin de convaincre le gouvernement du Québec qu’il est temps d’agir.

Documentation

L'Ordre a produit de nombreux documents et articles sur les politiques de l'architecture à l'étranger et sur les avantages d'une telle politique pour le Québec.

Consulter le sommaire