Politique québécoise de l'architecture

Promenade Samuel-De Champlain
Architecture : Daoust Lestage inc.
Aménagement : Consortium Daoust Lestage inc. - Williams Asselin Ackaoui - Option aménagement
Photo : Marc Cramer

L’Ordre des architectes du Québec lance une déclaration pour demander au gouvernement du Québec d’adopter une politique de l’architecture. 

Pourquoi une politique de l’architecture ?
L’architecture est omniprésente, elle nous concerne tous, et sa qualité est d’intérêt public. Or, la qualité architecturale est le fruit d’une démarche qui doit être comprise et encouragée par tous les acteurs concernés. « Produire une architecture de qualité suppose des conditions favorables, affirme Nathalie Dion, présidente de l’OAQ. Il ne s’agit pas d’appliquer des recettes toutes faites, mais bien de se donner les moyens de trouver des solutions qui apportent une valeur ajoutée à notre environnement de tous les jours. »

Une politique de l’architecture, comme il en existe dans d’autres pays et régions, viserait entre autres à sensibiliser les Québécois à la qualité architecturale, ferait en sorte que l’État adopte des pratiques exemplaires en la matière et placerait les citoyens au cœur de la réflexion sur les projets d’architecture et de développement urbain. Il est aussi question de générer des retombées économiques grâce à des réalisations remarquables dans toutes les régions du Québec et de soutenir les municipalités qui souhaitent améliorer la qualité architecturale sur leur territoire. En résumé, il s’agit de se doter collectivement d’une architecture qui contribue à notre mieux-être, au respect de l’environnement et à la réalisation de nos aspirations.

L’origine de la déclaration
L’OAQ a élaboré la Déclaration pour une politique québécoise de l’architecture après avoir mené, en collaboration avec l’Institut du Nouveau Monde, un exercice de consultation auquel ont participé près de 800 personnes en 2017. De mars à juin, une tournée de 13 villes québécoises a permis d’écouter plus de 500 citoyens s’exprimer à l’égard de leur environnement bâti. Puis, le 28 septembre, l’OAQ a tenu le Forum pour une politique québécoise de l’architecture, qui a réuni près de 300 personnes au Palais des congrès de Montréal.

En campagne depuis 2014 pour l’adoption d’une politique québécoise de l’architecture, l’OAQ a jusqu’ici obtenu l’appui officiel de 50 municipalités et arrondissements, dont les villes de Montréal, Québec, Laval, Longueuil, Sherbrooke et Gatineau (consulter la liste des appuis). Par cette déclaration, il veut maintenant susciter l’adhésion des citoyens et des organisations préoccupés par la qualité architecturale, afin de convaincre le gouvernement du Québec qu’il est temps d’agir.

 

 


Conversation publique

Au printemps 2017, l'Ordre, en collaboration avec l'Institut du Nouveau Monde, a entrepris une tournée de 13 villes québécoises afin de rencontrer citoyens et organismes de divers horizons. Cette démarche avait pour but:

• de sensibiliser les Québécois à l’influence du cadre bâti sur la qualité de vie ;
• d'entendre leurs préoccupations en matière de cadre bâti ;
• de remettre au gouvernement du Québec un mémoire faisant état de ces préoccupations et démontrant la nécessité d’une politique québécoise de l’architecture. 

Consulter le bilan de la conversation publique

Consulter le numéro d'Esquisses (Vol. 28, No 3, automne 2017) sur la politique de l'architecture

Forum pour une politique québécoise de l'architecture

Afin de présenter le bilan de la tournée de conversations publiques et le projet de déclaration pour une politique québécoise de l'architecture, l'Ordre a tenu, le 28 septembre 2017, un forum national auquel le grand public et des organismes de tous horizons ont participé. 

Consulter la page du forum

Appuis obtenus

Depuis 2014, l'Ordre a obtenu l'appui de nombreux organismes, villes et arrondissements ayant adopté une résolution en faveur de l'adoption d'une politique québécoise de l'architecture.

Consulter la liste des appuis

Documentation

L'Ordre a produit de nombreux documents et articles sur les politiques de l'architecture à l'étranger et sur les avantages d'une telle politique pour le Québec.

Consulter le sommaire