Le poids des nombres

Objet TypoScript introuvable (lib.image_top)
Panélistes du webinaire 40 ans ans d'existence de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles : Massimo Iezzoni, directeur général de la Communauté métropolitaine de Montréal, Nathalie Dion, présidente de l'OAQ, Pierre Legault, avocat de la CPTAQ jusqu’en 2017, Marcel Groleau, président général de l'UPA; absente sur la photo : Geneviève Parent, professeure titulaire à la Faculté de droit de l'Université Laval. Photo : UPA

Le webinaire 40 ans d’existence de la Loi de protection du territoire et des activités agricoles, organisé par l’Union des producteurs agricoles le 9 novembre dernier, a permis de brosser un tableau nuancé de la situation de la zone agricole au Québec. Voici quelques-uns des rappels et constats qu’on peut en dégager.

Par Christine Lanthier

• En 1992, à la suite d’une révision, la zone agricole a été amputée de 206000 ha.

• Depuis, sa superficie se maintient à environ 6,3 millions ha.

• Cette stabilité dépend en grande partie de la Commission de protection des terres agricoles du Québec (CPTAQ), l’organisme indépendant qui évalue depuis 40 ans les demandes d’exclusion, d’inclusion et d’autorisation d’usages non agricoles.

• À l’échelle du Québec, par suite des décisions de la CPTAQ depuis 1978,
181000 ha ont été maintenus
23000 ha ont été ajoutés
166000 ha ont été retirés

• Les régions les plus favorables à l’agriculture figurent parmi celles qui ont subi les pertes de superficie les plus lourdes, tandis que la Côte-Nord, moins propice à cette activité, est la seule à avoir connu des gains significatifs.

Variation de la zone agricole dans certaines régions depuis 1978

Laurentides
– 3,9 %

Lanaudière
– 3,7 %

Laval
– 3,6 %

Côte-Nord
 + 5,8 %

• Une portion croissante des terres agricoles sont acquises par des acteurs qui ont d’autres intérêts que l’agriculture.

Part des acquisitions d’actifs agricoles réalisées par le secteur immobilier

2009-2013                2014-2017
1 %                              8,1 %

 

Source: Union des producteurs agricoles