Multimédia

Objet TypoScript introuvable (lib.image_top)
Corbu comme Le Corbusier

Francine Bouchet, Michèle Cohen et Michel Raby

À l’occasion de ses 30 ans, La joie de lire, maison spécialisée en littérature jeunesse, réédite en version « collectionneur » son tout premier ouvrage publié, qui portait sur le fameux architecte. Les dessins
– simples et tendres – ont bien vieilli. Au-delà de la figure du Corbusier, le texte minimaliste fait passer tout naturellement les éléments de base de l’architecture. D’emblée, le jeune lecteur est prévenu : l’architecte est un chef d’orchestre. L’accent est ensuite mis sur le processus de création et d’innovation, l’utilisation de la lumière, le choix des matériaux, les volumes, le confort des occupants et les liens entre le bâtiment et l’organisation de la ville. Bien des adultes n’en savent pas autant ! Détail appréciable : le caractère prétentieux du Corbu est évoqué, question de nuancer le portrait.

La joie de lire, 2017, 40 pages

L’ornement architectural, entre subjectivité et politique

Antoine Picon

Révéré, honni, puis oublié au fil de l’Histoire, l’ornement architectural fait aujourd’hui un retour, à la faveur des nouvelles possibilités qu’offre le numérique. Mais quelle signification lui donner ? C’est en gros la question que pose cet ouvrage d’Antoine Picon, professeur à la Graduate School of Design de l’Université Harvard et directeur de recherche à l’École des Ponts Paris Tech. Car l’ornement – ou son absence  – reflète toujours une culture, un rapport au monde et un ordre social particuliers. Dans ce petit volume de moins de 200 pages, l’auteur livre à travers le prisme de l’ornement – qui est loin d’être une simple décoration – une magnifique synthèse de l’histoire de l’architecture, de l’Antiquité à nos jours. Passionnant.

Presses polytechniques et universitaires romandes, 2017, 196 pages

Habiter les ruines : transformer, réinventer

Olivier Darmon 

À l’heure où le mariage entre l’architecture contemporaine et le bâti ancien fait régulièrement l’objet de débats passionnés entre citoyens, élus et professionnels, et où les permis de démolition se donnent un peu trop facilement, voilà un livre rafraîchissant. Les projets sont audacieux, mais suscitent l’admiration et inspirent. Les ruines sont ici préservées avec toutes leurs imperfections, donc – il est important de le signaler – ni réhabilitées ni restaurées. Au contraire, on veut conserver les émotions et l’ambiance qui s’en dégagent. Elles servent alors de « paysage » aux insertions contemporaines les plus audacieuses. Ces greffes réussies démontrent que les contraintes peuvent être une source d’inventivité et d’innovation pour les architectes. Au bout du compte, ces bâtiments hybrides paraissent parfois futuristes. Uniques, ils renforcent indéniablement la spécificité du lieu dans lequel ils s’inscrivent. Et en plus, c’est durable !

Éditions Alternatives, 2016, 178 pages

L’architecte : portraits et clichés

Collectif sous la direction d’Emmanuel Bréon

Vous n’avez pas pu voir l’exposition à la Cité de l’architecture & du patrimoine de Paris qui s’est terminée le 4 septembre ? Heureusement, il en reste le fascinant catalogue. Des statuettes de bâtisseurs dans l’Égypte ancienne aux photographies des « starchitectes » soigneusement mises en scène par les photographes les plus connus, on s’aperçoit vite que ces portraits disent autant de l’individu représenté, de son ego et de sa profession que de la perception qu’en avaient ses contemporains. Les textes font le point sur le regard des photographes, les outils, les représentations du métier dans les caricatures, au cinéma, dans la bande dessinée, sur les billets de banque ou les timbres. Si vous êtes architecte, pensez-y bien avant de vous faire tirer le portrait : lunettes rondes et nœud papillon ? Plans et équerre à la main ? Chapeau-maquette en forme de gratte-ciel sur la tête ? C’est ce que retiendra la postérité.

Norma éditions et Cité de l’architecture & du patrimoine, 2017, 285 pages

L’architecture moderne de A à Z

Sous la direction d’Aurelia et Balthazar Taschen

De Hugo Alvar Henrik Aalto à Peter Zumthor, cette encyclopédie abondamment illustrée au format pratique répertorie les architectes, les firmes emblématiques et les grands courants de l’architecture des 19e, 20e et 21e siècles. À la fois simple et succinct, le texte est subdivisé en 280 entrées et enrichi de photos des réalisations marquantes. Le ton est neutre, loin des débats et polémiques qui ont ponctué les carrières. Moshe Safdie et Habitat 67 n’y sont pas oubliés. Un livre de référence qui ne vise pas à approfondir les sujets, mais qui est facile à utiliser et agréable à feuilleter.

Taschen, 2016, 700 pages

Acceptabilité sociale : sans oui, c’est non

Pierre Batellier et Marie-Ève Maillé

Tous ceux qui s’intéressent à la notion d’acceptabilité sociale, à la concertation publique et à l’engagement des citoyens dans l’aménagement du territoire et les projets immobiliers liront avec profit cet ouvrage. Les auteurs, un chargé de cours en responsabilité sociale de l’entreprise à HEC Montréal et une professeure spécialisée dans l’évaluation des impacts sociaux des grands projets à l’UQAM, font un tour complet du sujet avec rigueur, en donnant maints exemples québécois (la plupart très récents), sans esquiver la complexité des enjeux et les aspects plus polémiques. Les chapitres, bien structurés, peuvent se lire dans le désordre. Par exemple, pourquoi ne pas commencer par le chapitre 4, qui porte sur le « pas dans ma cour » ? Le style journalistique, agrémenté d’une touche d’humour, allège cette lecture passionnante, mais dense. En somme, voilà un ouvrage utile pour comprendre et se questionner, qu’on soit un citoyen préoccupé de son milieu de vie, un élu, un fonctionnaire, un promoteur ou un architecte.

Écosociété, 2017, 306 pages