Dans l'escarpement    

Prix du public 2019

S’insérer tout doucement dans la nature. Se laisser pénétrer par la lumière. Sur ce terrain boisé, longtemps jugé trop difficile à construire, les architectes ont transformé les embuches en atouts. Dans l’escarpement, flotte désormais un pavillon de verre et de bois qui se fond dans le paysage. Une implantation fragmentée a été privilégiée ici afin de limiter l’impact du construit dans la pente. Conçu pour un couple, le projet consiste en trois blocs de logis construits sur un petit plateau en contrebas du chemin d’accès et relié à celui-ci uniquement par une passerelle. Un premier bloc, posé à la verticale, s’élève sur trois étages. Tout en haut, on retrouve l’entrée principale et la suite des propriétaires ; un coin bureau/bibliothèque est aménagé au niveau intermédiaire alors que le niveau rez-de-jardin abrite un espace détente, sauna et spa, intérieur et extérieur. De l’étage inférieur, on accède directement au sol de la forêt. Un deuxième bloc horizontal, boîtier de béton adossé à la pente, abrite les chambres d’invités. Enfin, prenant appui sur les deux blocs, un troisième volume totalement vitré regroupe les espaces de vie, cuisine, salon et salle à manger. La façon dont s’emboîtent les trois éléments a permis d’aménager deux toits en terrasses qui prolongent les espaces de vie tout en créant de rares plateaux dans l’escarpement menant au lac. La palette de matériaux utilisés à l’extérieur unit la maison à la forêt omniprésente. Acier Corten et fenêtres d’acajou évoquent les teintes des arbres et du feuillage sans cesse changeant ; le béton décoffré s’apparente pour sa part aux gros rochers, caractéristiques de ce site. À l’intérieur, tout est de bois et de verre clair. Ombre et lumière règnent, transformant les lieux au gré des heures et des saisons.

Yiacouvakis Hamelin architectes_ yh2