Rénovation de la Salle Wilfrid-Pelletier    

Mise en valeur du patrimoine 2017

Plus de cinquante ans après son ouverture, la salle Wilfrid-Pelletier a récemment connu une actualisation de ses foyers et de sa salle. Au vu de l’importance de ce patrimoine commun montréalais, l’équipe d’architectes adopte une position idéologique sans ambiguïté ; il s’agit dans ce cas de restituer le génie du lieu. Il ne s’agit pas d’un projet signature mais bel et bien d’une forme de commémoration où l’on se doit d’exercer une grande retenue afin de mettre en valeur l’œuvre originale. Basée sur une étude des archives de la salle et son évolution dans le temps, l’intervention propose de révéler la mémoire du lieu et sa symbolique. Partant du postulat que la salle Wilfrid-Pelletier s’inscrit dans le lègue artistique national soutenu par l’imaginaire du rouge, symbole du spectacle, l’intervention propose un élagage sélectif et réinvestie la vision originale des concepteurs. Au-delà de la qualité architecturale certaine de l’œuvre de ARCOP de 1963, c’est bel et bien la reconnaissance sociale du lieu qui éventuellement donnera sens et notoriété au projet. L’actualisation de 2016, fondée sur une compréhension fine de l’évolution des institutions culturelles au Québec, s’inscrit dans cette volonté de faire de la Place des Arts la place de tous. À travers cette lentille historique il devient nécessaire de comprendre l’évolution de l’œuvre, non seulement d’un point vue architectural et esthétique mais aussi en tenant compte du profil démographique des utilisateurs qui s’est largement transformé. Il ne s’agit plus simplement d’un public d’habitués ; la programmation culturelle de la salle s’adresse à un public toujours plus diversifié dont les attentes et les modes d’utilisation de l’espace est autre. En réponse, la stratégie architecturale adopte une approche plurielle axée sur trois principes distincts : réactualisation, rénovation et restauration. Entre la valorisation du patrimoine architectural des foyers et la restauration de la salle, on découvre un potentiel transformatif insoupçonné dans cet entre-deux qu’occupe la zone de circulation verticale. Utilisés par tous à présent, la revitalisation de ces espaces repositionne la salle Wilfrid-Pelletier du patrimoine des uns vers le patrimoine de tous.

Atelier TAG + Jodoin Lamarre Pratte architectes en consortium