Esquisses, vol. 28, no 2, été 2017

Sur la place publique

SUIVI DES PRISES DE POSITION

Église Notre-Dame-de-Fatima

Après une longue bataille pour sa sauvegarde – dans laquelle l’OAQ s’est engagé –, cette église blanche emblématique de l’architecture moderne québécoise est tombée sous le pic des démolisseurs en février. L’édifice, situé à Jonquière, était l’œuvre des architectes Léonce Desgagné et Paul-Marie Côté. Il comportait des vitraux de l’artiste Jean-Guy Barbeau. Seuls la croix et l’autel auraient été récupérés. Afin d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise, le ministère de la Culture et des Communications vient de mettre sur pied un comité sur le patrimoine religieux moderne. Invité à y participer, l’OAQ a nommé Eric Stein, d’EVOQ Architecture, son représentant.

Dalle-parc de l’échangeur Turcot

Nathalie Dion est au nombre des 60 personnalités et représentants d’organismes signataires de la lettre ouverte au premier ministre du Québec plaidant le retour de la dalle-parc dans les plans de reconstruction et de réaménagement de l’échangeur Turcot, à Montréal. Rappelons que cet aménagement (aussi appelé « dalle-jardin ») était prévu dans le projet d’origine, mais a depuis été retiré des plans. Alors que son coût ne représente qu’environ 1 % du budget global, son apport à la qualité de vie et à la mobilité des citoyens des quartiers limitrophes serait considérable.

MÉMOIRES ET CONSULTATIONS PUBLIQUES

Réglementation sur le bâtiment durable à Montréal

La Commission permanente sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs de Montréal a remis en mars ses recommandations faisant suite à la consultation sur la réglementation et les outils municipaux sur le bâtiment durable. L’OAQ y avait présenté un mémoire remarqué, dont la Commission a retenu plusieurs éléments. Elle cite la position de l’OAQ sur les toitures (privilégier, dans l’ordre et en fonction des possibilités, les toitures végétalisées épaisses, les toitures végétalisées minces et les toitures recouvertes de membranes blanches) et reprend plusieurs autres propositions : verdissement des stationnements; diffusion d’information aux citoyens, aux constructeurs et aux entrepreneurs; utilisation du solaire passif; gestion des résidus de construction; exemplarité de la Ville de Montréal; conception sans obstacles; etc. La balle est maintenant dans le camp du comité exécutif de la Ville. 

Formation initiale et accès aux permis des ordres

En janvier dernier, l’Office des professions a consulté les ordres dans le contexte du Groupe de travail sur la formation initiale donnant accès aux permis des ordres professionnels. Dans sa réponse, l’OAQ réitère sa confiance dans le système actuel (indépendance des universités, examen d’accès canadien à la profession, etc.), tout en rappelant qu’il travaille sur un référentiel de compétences qui lui permettra de mieux arrimer inspection, formation et accès à la profession aux réalités de la pratique professionnelle (voir « Référentiel de compétences – Cadre de référence »). L’OAQ demande en outre qu’une tierce partie pouvant agréer les programmes de formation initiale et traiter les demandes de reconnaissance – tel le Conseil canadien de certification en architecture – soit reconnue dans le Code des professions.

Municipalités

En février, l’OAQ a déposé devant l’Assemblée nationale un mémoire sur le projet de loi no 122 (Loi visant principalement à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs). L’OAQ y reconnaît que les municipalités sont des gouvernements de proximité, mais s’oppose notamment à l’abolition des référendums en matière d’urbanisme tant qu’une réflexion sur les mécanismes de démocratie locale n’aura pas été menée. Par ailleurs, l’OAQ a participé aux travaux de l’alliance ARIANE, qui a également présenté un mémoire portant sur ce projet de loi.

Métropole

En mars, l’OAQ a déposé un autre mémoire devant l’Assemblée nationale, cette fois sur le projet de loi no 121 (Loi augmentant l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal, métropole du Québec). L’Ordre accueille favorablement la reconnaissance de Montréal comme métropole ainsi que les pouvoirs supplémentaires qui lui sont accordés, par exemple la possibilité d’obliger les propriétaires à entretenir leurs bâtiments ou de contraindre les promoteurs à construire certains types de logements. Cependant, d’autres aspects inquiètent l’Ordre, dont le fait qu’on veuille supprimer la mention du Conseil du patrimoine de Montréal de la Charte de la Ville.

Réseau électrique métropolitain

Le 21 mars, CDPQ Infra s’est entendue avec l’Union des producteurs agricoles (UPA) et avec la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) afin d’atténuer les impacts du Réseau électrique métropolitain (REM) et d’apaiser les inquiétudes des groupes écologistes et d’autres acteurs, dont l’OAQ, en ce qui concerne les terres agricoles. Il ressort de ces discussions que le terminus de Brossard sera implanté comme prévu en zone agricole. En contrepartie, le promoteur du futur réseau financera la création d’une fiducie foncière administrée par l’UPA dont la vocation sera d’acheter, de protéger et même de remettre en culture des terres agricoles. L’objectif est de créer ainsi une « ceinture » autour de la zone sensible afin de contrer l’étalement urbain. C’est la CMM qui désignera le territoire de ce parc agricole. Équiterre, la Fondation David Suzuki, Vivre en Ville et le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec sont à l’origine de la solution adoptée.

Stratégie centre-ville de Montréal

Le mémoire que l’OAQ avait déposé à l’automne 2016 lors de la consultation sur la Stratégie centre-ville de Montréal est cité une trentaine de fois dans le rapport que l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a publié à la suite de cet exercice, le 24 mars.

Plusieurs des recommandations qui y figurent reprennent des positions émises notamment par l’OAQ : faire de la reconversion des ensembles institutionnels un modèle de régénération urbaine; favoriser la qualité et l’innovation architecturale; mieux tenir compte de l’intégration de composantes écoperformantes dans l’évaluation des projets de construction; protéger les vues sur le fleuve et les accès à celui-ci; appliquer les principes de l’accessibilité universelle dans tous les projets de rénovation majeurs de même que dans les nouvelles constructions et les aménagements urbains.

Politique de développement culturel de Montréal

L’architecture au service de l’identité culturelle montréalaise est le titre du mémoire que la présidente de l’Ordre, Nathalie Dion, a présenté le 10 avril devant des élus de la Ville de Montréal. Cette intervention a eu lieu lors de la consultation sur le projet de politique de développement culturel 2017-2022. L’OAQ a saisi cette occasion pour appeler Montréal à appuyer l’adoption d’une politique nationale de l’architecture et à se doter d’une politique municipale de l’architecture. Les concours d’architecture figurent parmi les autres sujets ayant été abordés : l’Ordre a demandé que la Ville les multiplie et les diversifie afin de tester différents modèles et d’accorder une plus grande place à la relève.

À la suite de l’exercice de consultation, la Commission permanente sur la culture, le patrimoine et les sports de la Ville de Montréal a fait sienne une des recommandations de l’OAQ dans son rapport au comité exécutif de la Ville. Elle préconise en effet d’« explorer la possibilité de doter Montréal d’une politique municipale de l’architecture pour [faire de l’architecture] un élément marquant du paysage urbain et pour élaborer et maintenir des critères d’excellence en aménagement urbain et en architecture ».

Gouvernance des ordres professionnels

Le projet de loi no 98 (Loi modifiant diverses lois concernant principalement l’admission aux professions et la gouvernance du système professionnel) a évolué depuis l’été 2016, alors que le texte était étudié par une commission parlementaire devant laquelle l’OAQ est intervenu. Les aspects liés à la reconnaissance des diplômes et des compétences ainsi qu’aux mécanismes de plaintes sont notamment renforcés. Le texte devrait être adopté sous peu.

 

POLITIQUE NATIONALE DE L’ARCHITECTURE

Appuis

Après avoir reçu l’appui de 37 villes et arrondissements en 2016, le projet de politique nationale de l’architecture porté par l’OAQ a recueilli plusieurs appuis depuis le début de l’année :

  • Commission scolaire de Laval
  • Fédération des commissions scolaires du Québec
  • Fédération Histoire Québec
  • MRC de Papineau
  • MRC du Fjord-du-Saguenay
  • Ville de Chibougamau
  • Ville de Lévis
  • Ville de Longueuil
  • Ville de Saguenay
  • Ville de Saint-Bruno-de-Montarville
  • Ville de Sherbrooke

La liste complète des instances ayant appuyé le projet est affichée sur le site architecture.quebec.

Conversation publique

Du 14 mars au 6 juin, la présidente Nathalie Dion, le service des communications de l’Ordre ainsi que l’animatrice Liane Morin, de l’Institut du Nouveau Monde, ont visité 13 villes du Québec pour mener une conversation publique sur une politique nationale de l’architecture. Les citoyens ont ainsi pu s’exprimer sur l’état et le devenir de leur environnement bâti.

Jusqu’à présent, les avis recueillis convergent vers une volonté de doter les villes d’espaces publics à échelle plus humaine. On sent également une inquiétude face au déclin des centres-villes et à l’étalement urbain. La mise en valeur du patrimoine, l’emploi de matériaux locaux durables et la fin de la règle du plus bas soumissionnaire sont également au nombre des idées qui ont fusé à plusieurs reprises lors de ce grand remue-méninges.

L’Institut du Nouveau Monde s’affaire à présent à compiler les opinions émises afin de produire un rapport qui sera présenté lors du Forum pour une politique québécoise de l’architecture, le 28 septembre prochain.

Participation de La Presse

Le quotidien La Presse a invité ses lecteurs à répondre à certaines questions posées lors de la conversation publique sur une politique nationale de l’architecture. Les commentaires des lecteurs ont été publiés dans les éditions du 19 mars, du 30 avril et du 4 juin.

 

GROUPES DE TRAVAIL

Régie du bâtiment

La parution du projet de règlement sur l’accessibilité des logements, qui amendera le Code de construction du Québec (CNB 2010 modifié Québec), est attendue prochainement. Cela n’empêche pas le comité consultatif permanent sur l’accessibilité et la sécurité des bâtiments aux personnes handicapées, auquel participe l’OAQ, de poursuivre ses réflexions sous l’égide de la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) et de l’Office des personnes handicapées du Québec. Le comité travaille notamment à la prochaine édition du Code de construction du Québec et à la mise à jour du guide Normes de conception sans obstacles. Par ailleurs, l’OAQ a été interpellé quant au défi posé par la mérule pleureuse, ce champignon qui détruit des bâtiments. Une réflexion est en cours à la RBQ.

 

PRÉSENTATIONS

Conférence devant la COMBEQ

L’OAQ tisse des liens avec le monde municipal. Le directeur général Jean-Pierre Dumont et le formateur Samuel Massicotte ont donné une présentation le 4 mai lors du congrès de la Corporation des officiers municipaux en bâtiment et en environnement du Québec (COMBEQ). Le thème de l’atelier était « Concilier une demande de permis avec la Loi sur les architectes ». Plus de 200 fonctionnaires y ont assisté.

 

RECONNAISSANCE

Une mention d'honneur pour Esquisses

Un article du magazine Esquisses a mérité une mention d'honneur lors des 40es Prix du magazine canadien, en mai dernier. Finaliste dans la catégorie du meilleur article professionnel, le texte, signé Hélène Lefranc et intitulé « Le rôle de l’architecte – Changer l’atmosphère », était paru en mars 2016 dans un dossier sur les changements climatiques. Les médailles d'or et d'argent ont été décernées à des textes des magazines Precedent et Listed.