Esquisses, vol. 29, no 4, hiver 2018-2019

Petits mandats résidentielsPas toujours simple!

Certains mandats ont beau être modestes, ils peuvent devenir corsés si on brûle des étapes.

Marie-Pierre Bédard* 

La conception ou la rénovation de petits bâtiments résidentiels est fréquente dans la pratique de plusieurs architectes. Certains s’en font même une spécialité. Ces mandats comportent toutefois certains enjeux en matière de responsabilité. Réflexions inspirées de cas… pas si simples.

Le contrat – en tout temps !

Nous ne le dirons jamais assez : la conclusion d’un contrat avec le client est essentielle. C’est ce document qui établira la portée et les limites de vos in erventions. Avant de le faire signer par le client, prenez le temps de discuter avec lui de votre rôle à titre d’architecte. Expliquez-lui le déroulement d’un chantier. Exposez les différences entre des plans pour permis et des plans pour construction. Dans un projet de conception ou de rénovation résidentielle, le client est la plupart du temps néophyte.

Assurez-vous également de gérer ses attentes. Informez-le rapidement si ses demandes ne sont pas réalistes en fonction de son budget. Dites-lui que le coût des travaux ne sera confirmé qu’une fois les soumissions obtenues des entrepreneurs. Discutez des avantages de vous confier un mandat de surveillance des travaux, ainsi que des conséquences de ne pas le faire. Expliquez à votre client qu’il vous sera difficile d’intervenir au moment du chantier en l’absence d’un tel mandat. Soyez clair, ferme et documentez vos discussions par écrit.

Démarches préliminaires

Votre client désire abattre un mur ? Il rêve d’un mur rideau donnant sur la terrasse arrière ? Avant de traduire ces belles idées en plan, des vérifications s’imposent. Prenez le temps de vous familiariser avec la réglementation municipale et les autres dispositions légales applicables.

Est-ce que le projet doit être accepté par un comité consultatif d’urbanisme (CCU) ? Votre client comprend-il ce que cela implique ? Qui paiera pour des modifications au plan si le CCU refuse le projet ? Plusieurs réclamations reposent sur l’incompréhension qu’a le client de ces étapes préliminaires à la construction. Surtout, ne faites pas de promesses quant aux décisions du CCU.

Ce genre de projets suscitent souvent des discussions quant à la nécessité de confier un mandat à un ingénieur. À titre d’architecte, il ne vous revient pas de décider si un mur est porteur ou si la structure existante pourra supporter les charges de l’agrandissement souhaité par le client. Documentez vos recommandations à cet égard et faites-le dès le départ.

De plus, un relevé de mesures en bonne et due forme permet d’éviter bien des problèmes. De grâce, refusez de fonder vos plans sur des mesures prises par un client qui voudrait économiser sur vos honoraires.

Niveau de détail des plans et des devis

Dans le domaine résidentiel, le Fonds a constaté que l’insuffisance des détails figurant aux plans est un reproche fréquemment adressé aux architectes. Le marché étant ce qu’il est, il est vrai que les honoraires sont souvent peu élevés pour ce genre de contrat. Par contre, les honoraires insuffisants ne sauraient justifier des omissions aux plans !

Il vous revient, à titre de professionnel, de vous assurer que vos plans sont suffisamment détaillés pour permettre la construction (ou la rénovation) de l’immeuble et, surtout, qu’ils sont conformes aux codes et normes en vigueur.

En ce qui a trait au devis, ce dernier figure habituellement aux plans. Assurez-vous qu’il comporte des notes suffisantes et précises, notamment quant aux mesures à confirmer au chantier par l’entrepreneur avant la construction et avant la commande des matériaux.

Relation avec l’entrepreneur

Si l’entrepreneur a déjà été choisi par le client au moment de la conception, il pourrait être utile d’entrer rapidement en contact avec lui. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des bonnes relations au chantier.

Rappelons que si vous n’avez pas de mandat de surveillance, l’entrepreneur sera le seul intervenant en contact avec votre client lors de la réalisation des travaux. Avant le début du chantier, organisez une rencontre avec l’entrepreneur et le client pour discuter des plans et du devis. Assurez-vous que l’entrepreneur a pris connaissance des détails de vos plans et répondez à ses questions. Fournissez-lui des précisions si nécessaire. Cette rencontre permet souvent d’éviter des commentaires du genre « C’est l’architecte qui s’est trompé ! », ce qui sème le doute chez le client.

Soyez prudent si vous recommandez un entrepreneur que vous connaissez. Le client pourrait tenter de vous tenir responsable de sa mauvaise performance.

En conclusion, gardez en tête que vos interventions auront un impact dans la vie quotidienne d’un client ou d’une famille. Prenez donc le temps d’écouter les besoins exprimés et de donner les conseils appropriés. Petit projet… deviendra grand !

*Avocate, Marie-Pierre Bédard est analyste et responsable de la prévention au Fonds des architectes.