Esquisses, vol. 27, no 3, automne 2016

MultimédiaLivres et applications

Les plus belles universités du monde

Photographies de Guillaume de Laubier, texte de Jean Serroy

Bienvenue au cœur de magnifiques temples de la connaissance. Cet ouvrage, qui fait la part belle aux photographies, nous ouvre les portes de superbes universités à travers le globe. De l’Italie au Canada en passant par le Liban ou le Qatar, c’est à un tour du monde du savoir qu’est convié le lecteur. En plus de dévoiler des architectures extérieures très différentes, l’ouvrage offre des vues sur des espaces intérieurs tout aussi variés. On s’attardera, par exemple, sur l’ancienne bibliothèque du Trinity College de Dublin avant d’observer les agrandissements modernes et contemporains de l’Université Yale, au Connecticut. L’espace d’un instant, on se sent privilégié de naviguer dans ces sanctuaires et l’on se prend à rêver d’un voyage prochain. On referme ce livre avec l’impression de s’être évadé aux quatre coins du monde, et l’envie de parler de l’École des Beaux-Arts de Paris comme si on y avait mis les pieds la veille !

Éditions de La Martinière, 2015, 240 pages

 

 

Architecture Now !

Vol. 10

Philip Jodidio

Cette brique reprend le meilleur des ouvrages thématiques de la série « Architecture Now ! ». Le résultat est un résumé de l’architecture contemporaine depuis 2001 à travers plus de 70 projets internationaux. Difficile d’échapper aux starchitectes et aux réalisations spectaculaires dont tout le monde a parlé. Mais les illustrations et les courts textes sur les projets sont inspirants, et permettent de prendre rapidement connaissance des tendances selon les fonctions des bâtiments : résidentiel, commercial et institutionnel, culture et religion, loisir, éducation et recherche. On en retient la grande diversité qui caractérise la production architecturale actuelle.

Taschen, 2015, 500 pages

  

 
Guide de l’architecture contemporaine de Montréal

Deuxième édition

Nancy Dunton et Helen Malkin

Les auteures de ce guide format poche nous invitent à le lire en marchant dans les rues de Montréal, proposant même des itinéraires. Mais si l’on connaît déjà la métropole et ses quartiers, on peut très bien le parcourir assis, pour en apprendre davantage sur les bâtiments qui nous sont familiers. Outre plusieurs photos, chaque entrée comprend le nom des architectes et du client, la date d’achèvement, l’adresse, l’accès en transport en commun et les modalités de visite. On se plaît à traquer les commentaires critiques, mais souvent justes, à propos des différentes réalisations. Qui aime bien châtie bien.

Les Presses de l’Université de Montréal, 2016, 240 pages

 

 

100 Contemporary Wood Buildings

Philip Jodidio

Le bois effectue un retour en tant que matériau de prédilection, aidé de son image verte. L’incontournable éditeur allemand de beaux livres en apporte la preuve dans ces deux volumes, qui offrent une sélection des projets les plus remarquables des dernières années. Le bois y est employé autant en complément de matériaux conventionnels que comme substitut, par exemple pour des poutres aux portées considérables. Les styles présentés sont aux antipodes, fortement imprégnés des traditions locales ou, au contraire, s’en libérant sans complexe. Mais grâce au bois, même l’édifice le plus épuré reste chaleureux. Voilà qui change des tours de verre et d’acier !

Taschen, 2015, 654 pages

 

How architecture changes for the deaf

L’accessibilité universelle n’est pas qu’une affaire de mobilité, nous rappelle cette vidéo tirée de l’expérience de l’Université Gallaudet, dans l’État de Washington. Il y a une dizaine d’années, cet établissement pour sourds a entrepris de repenser son campus en fonction des besoins de ses usagers. L’exercice a permis de dresser une série de principes pouvant être appliqués à toutes sortes d’espaces publics : corridors assez larges pour que deux personnes puissent converser en langage des signes, murs aux surfaces réfléchissantes pour permettre de détecter le mouvement derrière soi, tables disposées en U plutôt qu’en rangées pour permettre à plusieurs interlocuteurs de mieux se voir, etc. Cet exposé, bref et bien imagé, ouvre une porte sur une réalité encore trop peu connue.

Vox, 4 min 45 s, sur YouTube

 

Logements en devenir : Concours en Suisse 2005-2015

Bruno Marchand et Alexandre Aviolat

Cet ouvrage explore la typologie de logements collectifs conçus dans le cadre de concours suisses, privés ou publics. Il s’agit souvent de projets destinés à des coopératives, d’où la diversité présentée. Si l’on compare à une précédente mouture qui portait sur la période 2000-2005, les architectes interviennent davantage dans le tissu urbain, imaginant des formes plus complexes. Le discours sur la densité est passé par là. Autre tendance forte : la réinvention des immeubles dotés d’une cour intérieure. Un chiffre laisse pantois : les auteurs ont épluché plus de 1300 concours, somme obtenue après avoir éliminé ceux concernant les établissements de santé, résidences pour aînés ou pour étudiants et rénovations de bâtiments existants.

Presses polytechniques et universitaires romandes, Cahier de théorie douze, 2015, 202 pages

 

L’échappée belle. Décroissance et habitat

Sous la direction d’Yves-Marie Abraham

Après s’être penchés sur l’alimentation dans le premier numéro de leur revue, les étudiants du cours « La décroissance soutenable : théorie et pratique », à HEC Montréal, s’attaquent dans celui-ci à l’habitat. Le thème est abordé à travers une série d’articles sur le droit à la propriété privée, la crise du logement en Haïti, l’impact des matériaux (des fondations à la charpente en passant par le mobilier), l’autoconstruction, l’art d’habiter, le cohabitat, le logement des aînés, les pratiques de squat, l’expérience de Milton Parc, la ville post-croissance, etc. Pour ceux qui ont envie de réfléchir à la façon de changer le monde ou de mieux comprendre le mouvement pour la décroissance conviviale. Les références enrichissent les textes.

L’échappée belle, no 2 (printemps 2016), HEC Montréal, 58 pages

 

 

The Last Interview and Other Conversations

Jane Jacobs

Plus besoin de présenter Jane Jacobs : la journaliste et militante, qui a laissé une trace tangible sur les trames de New York et de Toronto, est bien connue pour avoir bouleversé la façon dont nous comprenons les villes. Pourtant, The Last Interview trouve le moyen de présenter ses idées sous un nouvel angle. Quatre entrevues couvrant une quarantaine d’années permettent de redécouvrir l’auteure de The Death and Life of Great American Cities, dressant le portrait de différents moments marquants de sa carrière. Le bouquin s’ouvre sur un entretien mené en 1964, un an après la publication du livre qui l’a rendue célèbre, et se termine par une conversation datée de 2005, près d’un an avant son décès, au cours de laquelle Jacobs réitère son appui à la souveraineté du Québec. Entre les deux, on aborde des sujets divers tels que son arrivée à New York, le début de sa carrière de journaliste, sa bataille contre la Ville de New York et son expérience en tant que leader d’un mouvement citoyen. Le tout est présenté dans un format question-réponse qui nous donne l’impression de participer, nous aussi, à la conversation.

Melville House Publishing, 2016, 128 pages