Les architectes, y compris les plus grands, voient leurs projets critiqués. Plutôt que d’en prendre ombrage, pourquoi ne pas y voir l’expression d’un besoin et saisir l’occasion d’améliorer ses pratiques? C’est là un des buts des évaluations post-occupation (ÉPO), ces méthodes qui visent à recueillir le point de vue des usagers des bâtiments après la mise en service. Encore très peu utilisées au Québec, les ÉPO commencent à l’être au Royaume-Uni, entre autres, où l’on veut s’assurer de la qualité réelle des bâtiments publics. L’ambition est noble, mais elle demande une certaine adaptation de la part des professionnels, des donneurs d’ouvrage, de l’industrie et des usagers.

Illustration: Marie-Eve Tremblay, colagene.com

Format PDF

 

Éditorial

Oser l’évaluation

 

Articles du dossier

Sonder les usagers : Service après-vente
En améliorant la fonctionnalité des bâtiments, les évaluations post-occupation apportent aussi une plus-value aux architectes. Voici ce qu’il faut savoir à leur sujet.

Créer sa procédure : La fin et les moyens
La firme torontoise Parkin Architects a mis sur pied son propre système d’évaluation post-occupation. Voici pourquoi et comment.

L’expérience britannique : Atterrissages en douceur
Pour s’assurer que ses projets de construction et de rénovation majeure satisfont leurs usagers, le gouvernement central britannique les soumet depuis 2013 à une politique appelée Government Soft Landings. Cependant, beaucoup d’éducation reste à faire sur la manière d’appliquer ses lignes directrices. 

DQI : Vision globale
Le Design Quality Indicator (DQI) est un des outils pouvant être utilisés pour réaliser une évaluation post-occupation. Sa portée est cependant beaucoup plus large, car il englobe toutes les étapes d’un projet. 

Au Québec : Sur le seuil
Certaines firmes d’architectes se contentent de livrer leur bâtiment, d’autres effectuent un sondage de satisfaction auprès du client après coup. Mais, à proprement parler, les évaluations post-occupation (ÉPO) en sont à leurs balbutiements au Québec. 

Projets inspirants : Méthodes de pointe  
Depuis un certain nombre d’années, des professionnels repoussent les limites des évaluations post-occupation (ÉPO) afin de mesurer et d’améliorer la qualité des bâtiments de façon proactive, tant avant qu’après leur construction. Voici quelques projets remarquables passés au crible d’approches novatrices et inspirantes.

 

Actualités

Notes de la direction

Sur la place publique

Prix Ernest-Cormier décerné à Daoust Lestage

Concours d’architecture : Dossier en évolution

Pavillon d’accueil du parcours Gouin : La vertu en cadeau

Processus de conception intégrée : Prioriser le confort de l’occupant

Quartiers de l’innovation : Au-delà du nom

Retour sur Habitat III : Architectes des villes futures

Corée du Sud : La lente mutation de Séoul 

 

Aide à la pratique

Parler en public : Trouver sa voix

Première année de stage : Rite de passage

Capsule du Fonds - Analyse des soumissions : Quel est le rôle de l’architecte?