Esquisses, vol. 26, no 4, hiver 2015-2016

Congrès de l'OAQVive l'automne!

 

Les 24 et 25 septembre derniers, Sherbrooke accueillait le congrès de l’Ordre des architectes. Retour sur ces deux journées sous le thème de l’expertise régionale.

Christine Lanthier

Le congrès de l’OAQ a eu lieu en septembre plutôt qu’en juin, cette année. Comme les participants semblent avoir apprécié, le congrès de 2016, prévu à Québec, coïncidera lui aussi avec la rentrée automnale.

D’autres commentaires recueillis après l’évènement ont souligné la qualité des ateliers offerts ainsi que l’équilibre entre les activités en salle, les visites guidées et le réseautage. Par ailleurs, pour les prochains congrès, il a été suggéré d’augmenter les occasions de discussions, en grand ou en petits groupes, sur des sujets touchant directement la pratique et l’expérience des architectes. 

Les membres qui n’étaient pas présents au congrès ont aussi eu l’occasion de s’exprimer dans le cadre d’un sondage qui leur a été envoyé en novembre. Au moment d’écrire ces lignes, la compilation des résultats n’était pas terminée.

  

Faits saillants


Allocution sur la politique nationale de l’architecture

Nathalie Dion a profité de son allocution d’ouverture pour rappeler les grandes lignes du projet de politique nationale de l’architecture de l’OAQ. D’après les nombreux commentaires entendus durant la période de discussion, le sujet suscite un grand intérêt. Parmi les interventions, soulignons celle du maire suppléant de la Ville de Sherbrooke, Robert Y. Pouliot, qui a invité l’OAQ à venir présenter son projet au congrès de l’Union des municipalités au printemps 2016. « Les élus québécois sont avides de s’éduquer en matière d’architecture », a-t-il dit, en ajoutant que les politiciens québécois n’ont pas toujours le courage d’aller aussi loin que leurs homologues européens, mais que les architectes sont les mieux placés pour leur insuffler l’audace dont ils ont besoin.
 

Atelier sur l’inspection des façades

Les présentateurs Richard Trempe, architecte au Conseil et laboratoire en enveloppe du bâtiment, Samuel Massicotte, avocat chez Stein Monast, et Marie-Pierre Bédard, avocate et analyste pour le Fonds des architectes, ont rappelé le flou juridique entourant le nouveau champ de pratique qu’est l’inspection des façades. Certes, la Régie du bâtiment a publié un guide à l’intention des propriétaires, mais celui-ci n’éclaire les architectes que partiellement. L’atelier a donc été l’occasion d’effectuer une mise au point quant à la complexité de tels mandats et de préciser les moyens à prendre pour éviter d’éventuelles poursuites. Les membres qui ont manqué cet atelier peuvent se rattraper en se procurant gratuitement le tout nouveau Programme d’accompagnement en inspection et entretien préventif des façades, que viennent de publier Richard Trempe et Marie-France Bélec, en collaboration avec l’OAQ et le Fonds des architectes.
 

Centre-ville de Sherbrooke. Photo : Abdallahh

Atelier sur la place des firmes régionales dans les concours d’architecture

Cette discussion avec Frédéric Dubé, architecte et président du comité des concours de l’OAQ, Raymond Gauthier, architecte de la firme sherbrookoise Espace vital, et Caroline Dubuc, du Bureau du design de la Ville de Montréal, a permis de faire le point sur les principaux freins à la participation aux concours d’architecture. Bien que l’atelier mettait la table pour parler de la situation des firmes régionales, le cas des jeunes firmes et des petits bureaux a aussi été évoqué. Parmi les pistes de solution avancées, celle d’attribuer de petits mandats par voie de concours a semblé la plus prometteuse. Le risque étant alors moindre, les instances publiques pourraient se permettre de tenir des concours anonymes, une procédure qui ouvrirait la voie aux nouveaux venus.

Atelier sur l’éthique et la commande publique

Le propos d’André Lacroix, professeur titulaire au Département de philosophie et d’éthique appliquée de l’Université de Sherbrooke, avait pour but de présenter l’éthique non pas comme une contrainte ou un moyen d’imposer des sanctions, mais bien comme un outil de réflexion. Un professionnel ne doit pas se limiter à suivre la norme pour faire preuve d’éthique, a-t-il dit, il lui faut aussi tenir compte du contexte dans lequel il travaille. La présentation a pris un tour inattendu quand le professeur a souligné que la surveillance des travaux devrait être effectuée par un bureau d’architectes autre que celui du concepteur, suscitant de vives réactions dans la salle. La présidente, Nathalie Dion, et le directeur général de l’OAQ, Jean-Pierre Dumont, ont profité de l’occasion pour rappeler que la surveillance des travaux doit être vue comme le suivi d’un projet et non comme l’évaluation du travail d’un pair – il en va de la qualité des bâtiments. C’est d’ailleurs la prise de position qu’ils ont présentée devant la commission Charbonneau.

Assemblée générale annuelle (AGA)

L’ordre du jour présenté a été adopté tel quel et aucun membre n’a fait de proposition. L’assemblée a approuvé une augmentation de la cotisation de 5 %, ce qui porte la somme à payer pour 2016-2017 à 943 $, avant taxes, à laquelle s’ajoute la cotisation spéciale de 40 $ à Architectes de l’urgence et de la coopération. Cette augmentation devrait permettre à l’OAQ de financer le rachat du bâtiment qui abrite le siège social de l’OAQ.

En remplacement de Claude Jean et d’Odile Roy, deux nouveaux administrateurs ont été déclarés élus, soit Patrick Littée (Montréal) et Daniel Gilbert (Québec). Guillaume Lévesque, administrateur de la région de Montréal, a été réélu.

L’AGA a été l’occasion de rappeler que, dans le cadre de la modernisation de sa gouvernance, le conseil d’administration a décidé d’abolir le comité exécutif; celui-ci cessera donc ses activités en janvier 2016.

Rendez-vous l’automne prochain à Québec !


En-tête : Centre-ville de Sherbrooke. Photo : Abdallahh