L’Ordre présente ses huit priorités qui visent une meilleure qualité du cadre bâti québécois et une protection accrue du public.

Les priorités se déclinent en trois grandes thématiques: l’exemplarité de l’État en matière de qualité architecturale, la transition socioécologique dans le secteur de la construction et la surveillance obligatoire des travaux de construction au Québec.

L’Ordre invite les formations politiques à prendre position sur ces enjeux.

Priorités

  1. Élaborer un plan ambitieux et crédible de mise en oeuvre de la Politique nationale de l’architecture et de l’aménagement du territoire et dédier les moyens appropriés pour assurer sa concrétisation.
  2. S’assurer que les modes d’octroi de la commande publique sont arrimés aux objectifs de qualité poursuivis par la Politique nationale de l’architecture et de l’aménagement du territoire et qu’ils mettent en place des conditions favorisant la qualité architecturale des projets.
  3. Accompagner les municipalités québécoises afin qu’elles puissent rehausser la qualité du cadre bâti sur leur territoire et y dédier les ressources – techniques ou financières – nécessaires.
  4. Appliquer de façon uniforme un code de construction enrichi des principes du bâtiment durable afin d’accélérer la nécessaire transition vers des bâtiments durables, résilients et pérennes.
  5. Arrimer concrètement la protection et la mise en valeur du patrimoine à d’autres démarches gouvernementales, notamment le Plan pour une économie verte, la Loi sur le développement durable et la Politique de l’architecture et de l’aménagement du territoire afin à la fois de protéger le patrimoine et de répondre aux enjeux contemporains associés à la lutte contre les changements climatiques.
  6. Déployer des stratégies innovantes pour favoriser et faciliter la requalification des bâtiments existants.
  7. Mettre en place une règlementation ambitieuse visant la surveillance obligatoire des travaux de construction par des professionnels, et ce, dans une perspective de protection du public
  8. Entreprendre un vaste chantier de réflexion sur la professionnalisation globale des acteurs clés du secteur du bâtiment – incluant par exemple les designers d’intérieur  et les entrepreneurs en construction – dans la foulée du travail amorcé avec les technologues professionnels en architecture.