Esquisses, vol. 28, no 4, hiver 2017-2018

Se loger, se déplacer, travailler, apprendre, se divertir, voilà autant d’activités que tout le monde devrait pouvoir mener de manière autonome et en toute sécurité. Or, quelques centimètres de dénivelé ou l’absence de certains repères peuvent mettre de sérieuses entraves aux personnes vivant avec une incapacité. Au Québec, à l’heure actuelle, le Code de construction ne suffit pas à garantir l’accessibilité universelle en toutes circonstances. C’est donc aux architectes d’y remédier en concevant des environnements où tous peuvent s’épanouir. Un regard sur certaines réalisations d’ici et d’ailleurs permet de constater que le résultat peut être tout à fait magnifique.  

Format PDF

 

Éditorial

Mise à niveau
Permettre à tous d’occuper l’espace de la même manière, c’est le principe sur lequel repose la notion d’accessibilité universelle. 

Dossier Accessibilité universelle

État des lieux : Le droit d’entrer
La réglementation en matière d’accessibilité universelle doit évoluer au plus vite, disent les défenseurs des personnes handicapées. Son champ d’application discontinu et sa désuétude créent selon eux des situations discriminatoires qui contreviennent à la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

Chronologie : À pas de tortue
Des travaux visant à faire évoluer la réglementation en matière d’accessibilité universelle ont bel et bien eu lieu au Québec. Les avancées concrètes, toutefois, se font toujours attendre. Bilan des efforts, en quelques dates.

Rôle des architectes : Montrer la voie
Puisque le Code de construction du Québec est insuffisant en matière d’accessibilité universelle, les progrès dans ce domaine reposent en bonne partie sur la créativité et le pouvoir de persuasion des architectes, de même que sur la bonne volonté de leurs clients et des entrepreneurs en construction.

Projets inspirants : Libérer l’espace
Un peu partout dans le monde, des architectes redoublent d’imagination pour bâtir des environnements inclusifs et accessibles à tous les citoyens. Ils démontrent que, quelle que soit l’envergure du projet, il est possible de lever les obstacles associés à plusieurs types de limitations fonctionnelles. Quatre réalisations ont retenu notre attention.

 

Actualités

Brèves

Prix Ernest-Cormier remis à Éric Gauthier

Bernard McNamara reçoit la médaille du Mérite

Sommet mondial du design : Pour un monde bien conçu

Oui dans ma cour! Appel à projets

Loi 11 : De nouvelles obligations

Notes de la direction

Forum pour une politique québécoise de l’architecture : Moment décisif

Déclaration pour une politique québécoise de l’architecture

Sur la place publique

Enjeux juridiques du PCI et de la MDB : Viser une vraie collaboration

Maison ERE 132 : Démonstration en direct

Dan Hanganu, 1939-2017 : Un modèle d’inspiration

Logements sociaux en Europe : Redresser la barre

Prix d’excellence en architecture : Une bonne récolte 

 

Aide à la pratique

Double pratique : Jongler avec les obligations

Cessionnaire de dossiers : Pour la suite des choses

Expérience de l’architecte : Le bon calcul

Capsule du Fonds : Le transfert de projet à un autre promoteur

Multimédia