Colloque virtuel du 16 au 19 novembre 2020

Quatre matinées thématiques

  • 16 novembre : Patrimoine et gouvernance
  • 17 novembre : Renouveler les usages et maintenir les valeurs patrimoniales
  • 18 novembre : À la découverte du patrimoine moderne
  • 19 novembre : Le patrimoine de demain

En collaboration avec

En complément du colloque, le numéro d’hiver 2020-2021 du magazine de l’Ordre porte sur les ensembles patrimoniaux.

Comptes rendus par matinée thématique

Type de fichier : pdf

Compte rendu « Patrimoine et gouvernance » (404,0 KB – Compte rendu des activités de la matinée thématique du lundi 16 novembre 2020) Dernière mise à jour : 17 novembre 2020

Type de fichier : pdf

Compte rendu « Renouveler les usages et maintenir les valeurs patrimoniales » (398,4 KB – Compte rendu des activités de la matinée thématique du mardi 17 novembre 2020) Dernière mise à jour : 18 novembre 2020

Type de fichier : pdf

Compte rendu « À la découverte du patrimoine moderne » (415,5 KB – Compte rendu des activités de la matinée thématique du mercredi 18 novembre 2020) Dernière mise à jour : 19 novembre 2020

Type de fichier : pdf

Compte rendu « Le patrimoine de demain » (376,7 KB – Compte rendu des activités de la matinée thématique du jeudi 19 novembre 2020) Dernière mise à jour : 20 novembre 2020

Merci aux partenaires de l’évènement

Partenaire présentateur

Partenaires principaux

Programme

Lundi 16 novembre – Patrimoine et gouvernance

Il est possible de s’inscrire à cette seule matinée d’activités ou à l’ensemble des quatre matinées.

Échange entre le président de l’Ordre des architectes, Pierre Corriveau et la présidente de l’Association des architectes paysagistes du Québec, Isabelle Giasson. Animation par Marc-André Carignan.

Conférencier(ières)

Pierre Corriveau

Pierre Corriveau, président, Ordre des architectes du Québec

En pratique privée depuis 1982, Pierre Corriveau a ouvert son propre bureau en 1995, devenu depuis CGA architectes. Son portfolio comprend des interventions de toutes natures, principalement dans les domaines institutionnel et culturel. Ses compétences de praticien sont reconnues et exploitées par le milieu architectural. Il a été membre du Conseil canadien de certification en architecture, du Bureau de l’Ordre des architectes du Québec, et membre du comité de rédaction des deux éditions du Manuel canadien de pratique de l’architecture. Il a enseigné à l’École d’architecture de l’Université de Montréal. En 2002, il est devenu membre du Comité Jacques-Viger de la Ville de Montréal, dont il a assumé la présidence de 2014 à 2019. Il a été nommé Fellow de l’Institut royal d’architecture du Canada en 2011. Il a été élu à la présidence de l’Ordre des architectes en 2019.

Isabelle Giasson, présidente, Association des architectes paysagistes du Québec

Misant sur la création de milieux de vie qui se démarquent par leur qualité, leur convivialité et leur durabilité, Isabelle Giasson souhaite que les villes deviennent plus ludiques, plus sécuritaires et plus écologiques. En tant que professionnelle agréée LEED, elle s’intéresse au recyclage des bâtiments, au verdissement des villes et à la gestion écologique des eaux pluviales. Elle cumule des diplômes de l’Université de Waterloo, de l’Université de Montréal et de HEC Montréal (MBA). Depuis 2015, à titre de présidente de l’Association des architectes paysagistes du Québec, elle est membre de nombreux comités et participe à de multiples tables rondes afin de mieux faire connaître sa profession et de contribuer à son rayonnement.

La firme de Marie-Josée Deschênes a accompagné en 2017 la municipalité de Saint-Raphaël dans l’élaboration d’un plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) pour assurer la protection du cœur villageois, un processus modeste, mais exemplaire. La firme poursuit aujourd’hui sa collaboration en conseillant à la fois les propriétaires et la municipalité par l’entremise de la Clinique d’architecture patrimoniale en Chaudière-Appalaches.

Conférencier(ières)

Marie-Josée Deschênes, architecte, Marie-Josée Deschênes architecte inc.

Forte d’une expérience acquise au cours des 27 dernières années en architecture, design urbain, mise en lumière et gestion du patrimoine bâti, Marie-Josée Deschênes est l’une des rares architectes québécoises à se spécialiser en patrimoine bâti. Elle est membre de l’OAQ depuis 2005 et titulaire d’une maîtrise en architecture portant sur la théorie de la restauration critique depuis 1996. Elle a fondé en 2006 sa propre firme qui est basée à Saint-Henri dans Bellechasse. Aujourd’hui composée de six professionnels, la firme réalise des projets de restauration et de transformation de bâtiments patrimoniaux et de conception de nouveaux bâtiments dans des secteurs patrimoniaux, et ce, partout au Québec.

Jérôme Carrier, conseiller municipal, Saint-Raphaël, MRC de Bellechasse

Jérôme Carrier travaille depuis 20 ans dans le domaine de l’environnement, particulièrement sur l’intégration des milieux naturels aux milieux urbains et agricoles. Amoureux du patrimoine bâti et des paysages, il a été lauréat avec sa conjointe, du prix du Patrimoine en 2016 pour la restauration d’une maison des années 1940 dans sa communauté. Conseiller municipal de Saint-Raphaël depuis 2013, il est président du comité consultatif d’urbanisme et initiateur du projet de plan d’implantation et d’intégration architecturale du noyau villageois.

Depuis 2019, la Chaire en paysage et environnement ainsi que la Chaire UNESCO en paysage urbain de l’Université de Montréal collaborent avec la Ville de Saint-Constant et la MRC de Roussillon à la mise en œuvre d’une démarche de cocréation de paysages. Dans le cadre de cette initiative soutenue par le ministère de l’Économie du Québec, l’apport des citoyens, des élus et des professionnels locaux a permis de cibler une aspiration commune : que l’aménagement du lieu renoue avec son ancienne identité agricole. L’expérience offre une perspective unique sur le rôle de l’aménagement culturel du territoire dans la création du patrimoine de demain.

Conférencier(ières)

Sylvain Paquette, directeur, Chaire en paysage et environnement, Université de Montréal

Sylvain Paquette est professeur titulaire à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage. Il est également chercheur associé à la Chaire UNESCO en paysage urbain du même établissement. Dans le contexte de recherches en partenariat à la CPEUM, il a pris part à plusieurs opérations de transfert d’expertise relatives à l’élaboration de stratégies et d’outils de gestion des paysages impliquant les principaux intervenants de l’aménagement du territoire au Québec, dont plusieurs instances régionales et de la municipalité montréalaise.

Jean-Claude Boyer, maire de Saint-Constant

Jean-Claude Boyer est maire de Saint-Constant depuis 2013. Visionnaire, dès son entrée en poste, il a instauré une nouvelle pratique de gouvernance participative afin d’impliquer le citoyen au processus décisionnel. Il a mis en place plus de 17 comités consultatifs, des rendez-vous citoyens, des rencontres sectorielles, des consultations publiques et web. Au cours de son mandat actuel, il a vu se concrétiser plusieurs grands projets d’infrastructures qui changeront le portrait de Saint-Constant en lui donnant une nouvelle signature visuelle et en améliorant la qualité de vie des Constantins.

À l’heure où s’élabore un plan d’action en réponse aux constats de la vérificatrice générale sur le patrimoine immobilier et où plusieurs souhaitent une Loi sur l’aménagement et l’urbanisme qui soit plus sensible aux enjeux patrimoniaux, quelles sont les attentes et les souhaits des organismes et municipalités ? Existe-t-il des exemples inspirants ? Y a-t-il lieu de revoir la gouvernance en matière de patrimoine au Québec ?

Conférencier(ières)

Dinu Bumbaru, directeur des politiques, Héritage Montréal

Diplômé en architecture et en conservation, Dinu Bumbaru est lié à Héritage Montréal depuis 1982. Il a été l’un des corédacteurs de la Déclaration québécoise du patrimoine adoptée en 2000, membre du groupe conseil en vue de la modernisation de la Loi sur les biens culturels du Québec et il participe à la Table ronde du ministre sur Parcs Canada. Il a été secrétaire général d’ICOMOS. Ses contributions lui ont valu notamment le prix Blanche Lemco-Van Ginkel de l’Ordre des urbanistes du Québec, la médaille de la Chaire UNESCO en patrimoine de l’Université Laval, le prix Thomas-Baillairgé de l’Ordre des architectes du Québec et la médaille du Lieutenant-Gouverneur. Il est membre de l’Ordre du Canada.

Anne Carrier, architecte et présidente de l’Association des architectes en pratique privée du Québec

Le travail d’Anne Carrier, diplômée de l’École d’architecture de l’Université Laval, se distingue par une vision intégrée du design dans le développement d’une culture architecturale identitaire québécoise. Ses réalisations ont remporté de nombreux prix d’excellence nationaux et internationaux. De nombreux honneurs ont marqué son parcours : le titre de fellow de l’Institut royal d’architecture du Canada, la médaille de l’Assemblée nationale du Québec, la médaille Gloire de l’Escolle de l’Université Laval et son élection à l’Académie royale des arts du Canada. Depuis 2017, elle est présidente de l’Association des architectes en pratique privée du Québec (AAPPQ), où elle œuvre à l’avancement de la profession et à la promotion de la qualité en architecture.

Simon-Olivier Côté, conseiller, Ville de Saguenay

Simon-Olivier Côté est géographe de formation et est en politique municipale depuis 2013 à Ville de Saguenay. Il a participé depuis 2008 à plusieurs projets de restauration d’édifices patrimoniaux ou ancestraux comme celui de la Maison Price à Chicoutimi. Depuis qu’il est en poste comme conseiller municipal, il a milité pour la sauvegarde de plusieurs maisons menacées ce qui a mené à la création du comité du patrimoine en janvier 2019 dont il était le président jusqu’en septembre 2020. Il est également président de la Commission de l’urbanisme qui gère les programmes et les règlements concernant les bâtiments patrimoniaux.

Mardi 17 novembre – Renouveler les usages et maintenir les valeurs patrimoniales

Il est possible de s’inscrire à cette seule matinée d’activités ou à l’ensemble des quatre matinées.

Partant du cas du monastère des Augustines, dans le Vieux-Québec, cet échange fera entendre les points de vue des professionnels chargés d’établir et d’appliquer des lignes directrices dans des milieux patrimoniaux et ceux des concepteurs invités à réaliser des interventions dans ces milieux. Comment sont établies les lignes directrices pour protéger les milieux patrimoniaux ? Ces lignes sont-elles des dogmes immuables ? Le dialogue qui s’établit entre les concepteurs et les professionnels chargés de veiller à l’application des normes permet-il de livrer de meilleurs projets ?

Conférencier(ières)

Antoine Crépeau, architecte paysagiste associé, vice-président, WAA Montréal Inc.

Antoine Crépeau s’est joint à WAA Montréal en 2001. Titulaire d’un diplôme en technique de l’architecture du cégep du Vieux Montréal ainsi que d’un baccalauréat en architecture de paysage de l’Université de Montréal, il est aussi à l’aise dans le domaine créatif que technique. Il assume la charge d’une grande diversité de projets, dont plusieurs de grande complexité. Il s’emploie à intégrer une approche de développement durable dans toutes ses réalisations et maîtrise la conception et le développement de détails. Il a participé à l’élaboration et à la mise en œuvre de nombreux projets institutionnels et récréatifs.

Bernard Serge Gagné, architecte et designer urbain senior, ABCP/URBAM

Bernard Serge Gagné a amorcé sa carrière d’architecte en collaborant à la restauration de la maison Shaughnessy du Centre Canadien d’Architecture à Montréal. Il est architecte fondateur et associé principal d’ABCP Québec depuis 2002. Il étend son travail aux activités de design urbain et d’urbanisme en 2016 en intégrant URBAM. Il s’intéresse particulièrement au design urbain, à la restauration et à l’insertion architecturale ainsi qu’au recyclage, en plus de sa pratique en architecture nouvelle. Dans un passé récent, il a dirigé la réhabilitation du monastère des Augustines et l’aménagement de la place des Canotiers, deux projets maintes fois primés, tous deux situés dans l’arrondissement historique de Québec.

Marie-Claude Quessy, architecte paysagiste en conservation, Services publics et approvisionnement Canada

Marie-Claude Quessy est une architecte paysagiste spécialisée dans la conservation des paysages historiques. Après l’obtention d’un baccalauréat en architecture de paysage de l’Université de Montréal, en 1988, elle travaille dans le secteur privé pendant plusieurs années. Depuis 2002, elle est à l’emploi du gouvernement fédéral. Elle a contribué à la rédaction de la deuxième édition des Normes et lignes directrices pour la conservation des lieux patrimoniaux au Canada, paru en 2010. Sa vaste expérience des sites historiques importants du pays lui confère une rare expertise dans les principes et les pratiques de la gestion des paysages culturels.

Christophe Rivet, directeur, EVOQ Stratégies

Christophe Rivet possède une vaste expérience sur les scènes nationale et internationale dans l’élaboration de politiques de conservation du patrimoine et de planification des aires protégées qu’il a acquise au gouvernement fédéral et en tant que consultant. Il est l’un des experts en patrimoine mondial de l’UNESCO au Canada et est l’auteur de politiques fédérales clés en patrimoine, dont le chapitre sur l’archéologie des Normes et lignes directrices pour la conservation des lieux patrimoniaux au Canada. Il est directeur et cofondateur d’EVOQ Stratégies, firme consacrée aux stratégies pour le développement durable de l’environnement patrimonial. Il est également président d’ICOMOS Canada.

Acquise par la Ville de Montréal et située dans le site patrimonial du Mont-Royal, la Cité des Hospitalières est le théâtre d’interventions importantes où de nombreuses disciplines se rencontrent. En compagnie de professionnels travaillant à la gestion et à la mise en valeur, découvrez l’histoire de ce site, les gestes réalisés dans les jardins et les efforts déployés pour renouveler les usages tout en respectant la valeur patrimoniale du lieu.

Conférencier(ières)

Valentine About, conseillère en planification, Service de la Diversité et de l’Inclusion sociale, Ville de Montréal

Passionnée du paysage urbain et de sa transformation, Valentine About est titulaire d’un baccalauréat en histoire et géographie (Université Paris-Sorbonne) ainsi que d’une maîtrise en urbanisme (Université de Montréal). Son projet de recherche a porté sur la réhabilitation de complexes hospitaliers en milieu urbain. Après avoir travaillé pour le Forum européen des politiques architecturales (EFAP), elle cofonde une coopérative de travail en design urbain, intervenant plus spécifiquement sur le domaine public pendant sa mise en chantier. Elle poursuit sa carrière dans le secteur public en intégrant, en 2017, la Division des grands projets urbains de la Ville de Montréal, où elle travaillera dans l’équipe responsable du projet de réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest. À l’été 2020, elle se joint au Service de la diversité et de l’inclusion sociale à titre de conseillère en planification responsable du projet de mise en valeur de la Cité des Hospitalières.

Katherine Davey, architecte paysagiste, Service des grands parcs, du Mont-Royal et des sports, Ville de Montréal

Préoccupée par la vitalité et la régénération des lieux patrimoniaux, Katherine Davey est titulaire d’une maîtrise en architecture de paysage (Université du Manitoba, 2004), d’un diplôme d’études supérieures en landscape design (Edinburgh College of Art, 1997) et d’un baccalauréat en beaux-arts (Université Concordia, 1994), ce qui lui donne un regard unique sur le paysage. C’est dans le secteur privé qu’elle entame une pratique axée sur la conception d’environnements pour enfants. En 2009, son parcours l’amène dans le secteur public, où elle conçoit et réalise divers projets, dont l’aire de jeux pour enfants du parc Jeanne-Mance à Montréal. Elle gère également des projets de sites historiques à Terre-Neuve pour Parcs Canada, dont Cape Spear et Signal Hill. C’est en 2016 qu’elle se joint au Bureau du Mont-Royal dans un rôle de conseil.

Jean-François Hallé, architecte, Service des grands parcs, du Mont-Royal et des sports, Ville de Montréal

Avant d’être architecte au Service des grands parcs, Jean-François Hallé a dirigé son propre cabinet, puis a été au service de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie. Conseiller pour la conservation des bâtiments du Bois-de-la-Roche, la requalification des sites du Royal Victoria, de la Cité des Hospitalières et du nouveau plan directeur de McGill, il favorise une approche de concertation entre les parties prenantes et les professionnels afin de créer une mobilisation durable pour la sauvegarde du patrimoine. C’est l’approche qu’il défendait déjà à l’obtention de sa maîtrise en conservation de l’environnement bâti à l’Université de Montréal et qu’il a mise en pratique par la suite à la Table pour l’aménagement du Centre-Sud et aux Amis de la Montagne.

Francis Lacelle, architecte, Entremise

Francis Lacelle est architecte et directeur du développement des projets chez Entremise, organisme spécialisé en urbanisme transitoire. Il a été concepteur en architecture chez Provencher Roy, où il a participé à la conception du nouveau pavillon de HEC Montréal. Dans une autre vie, il a été membre des Forces armées canadiennes, chargé de l’aménagement des nouveaux magasins Simons et coordonnateur de production pour le 100e anniversaire du Comité international olympique (CIO) à Lausanne. En 2015, il a cofondé bénévolement le SPOT, « Sympathique Place Ouverte à Tous », qui a mené à la création du réseau des places éphémères de la Ville de Québec.

Josette Michaud, architecte, Ateliers Beaupré Michaud

Diplômée de l’Université de Montréal, Josette Michaud entame sa carrière en agences privées, puis au Service d’urbanisme de la Ville de Montréal. En 1982, elle forme l’agence qui porte maintenant le nom de Beaupré Michaud et associés. Depuis bientôt 40 ans, elle dirige des études patrimoniales d’envergure, depuis celle sur le domaine de la Montagne (1984) jusqu’à celle sur l’évolution des paysages du mont Royal (2009). Auteure de plusieurs ouvrages sur l’architecture de Montréal, elle a restauré et mis en valeur de nombreux bâtiments et sites patrimoniaux, dont le moulin de Pointe-aux-Trembles, le Carmel de Montréal, le Théâtre Corona et l’ancienne chapelle du Collège Jean-de-Brébeuf.

***Cette activité est offerte en accès libre sans frais en direct au https://colloqueoaq2020.evenement.agencewebdiffusion.com/.

Du haut des airs, Pierre Lahoud a été un témoin privilégié de l’évolution du paysage québécois. Historien chargé de réaliser un inventaire du patrimoine québécois en 1977, il se découvre une passion pour la photographie aérienne et cumule, au fil des années, plus d’un million de photos aériennes, dont près de 200 000 ont été léguées à Bibliothèque et archives nationales du Québec. Au cours de l’entrevue, il livrera ses impressions sur ce qu’il a pu observer au cours des 40 dernières années. Une belle façon de prendre connaissance de ce fonds d’archives, une richesse pour les professionnels appelés à intervenir sur le territoire québécois.

Conférencier(ières)

Pierre Lahoud, historien et photographe

L’historien et photographe Pierre Lahoud parcourt le territoire québécois depuis plus de 40 ans pour en recenser les trésors cachés. Il a réalisé plus de 800 000 images qui ont fait l’objet de plus d’une centaine d’expositions à travers le monde.

C’est sa formation d’historien qui le conduit à la photographie. Dans les années 1970, le ministère des Affaires culturelles cherche à inventorier le patrimoine architectural québécois et opte pour la photographie aérienne. Lahoud sera coresponsable de l’inventaire et continuera par la suite à s’investir dans la protection et de la mise en valeur du patrimoine. Si au départ l’avion lui permet de réaliser des photos documentaires, il décide très vite de l’utiliser pour proposer un regard inusité sur les paysages et l’architecture du Québec.

Il a publié près de 35 ouvrages, de nombreux articles, et il est l’auteur de plusieurs chroniques à la radio. Il a reçu le prix du Conseil des monuments et sites, le prix Robert-Lionel Séguin et le prix de la Culture à l’île d’Orléans de même que le prix Frederick-Todd. Il est membre des conseils d’administration de la Fondation Félix-Leclerc et du manoir Mauvide-Genest et président du comité pour l’inventaire du patrimoine religieux de l’île d’Orléans.

Mercredi 18 novembre – À la découverte du patrimoine moderne

Il est possible de s’inscrire à cette seule matinée d’activités ou à l’ensemble des quatre matinées.

En compagnie de cette experte, découvrez ce qui définit le patrimoine moderne. Apprenez à mieux reconnaître les éléments d’intérêt ainsi que les diverses forces qui le menacent.

Conférencier(ières)

France Vanlaethem, professeure émérite, École de design, UQAM, présidente, Docomomo Québec

Professeure émérite à l’École de design de l’UQAM, France Vanlaethem est diplômée en architecture de l’ENSAAV – La Cambre et titulaire d’un doctorat en aménagement de l’Université de Montréal. Ses recherches portent surtout sur l’histoire et la sauvegarde de l’architecture moderne, sujets qu’elle a traités dans de nombreux articles et ouvrages tels que Patrimoine en devenir : L’architecture moderne du Québec (2012) et La sauvegarde du patrimoine moderne (2012, 2014). À titre de consultante, elle a dirigé nombre d’études patrimoniales, dont celles sur le Parc olympique de Montréal (2016) et le campus de l’UQAM (2019). Elle a été membre de plusieurs organismes consultatifs, dont le Conseil du patrimoine culturel du Québec et le Conseil du patrimoine de Montréal. Elle est présidente fondatrice de Docomomo Québec et membre du Comité-conseil de Docomomo International.

Stratégiquement situé au cœur de Drummondville, le vaste site de l’ancienne usine Celanese comprend des dizaines de bâtiments monumentaux. À la suite d’une étude patrimoniale et paysagère qui visait à contribuer aux réflexions sur l’avenir du site, L’Enclume en a imaginé le redéveloppement. Qualifiée d’approche intégrée de régénération, sa stratégie propose une approche qui combine la mise en valeur patrimoniale et paysagère, l’intensification de la biodiversité et la décontamination des sols par les phytotechnologies.

Conférencier(ières)

Christophe-Hubert Joncas, urbaniste, L’Enclume

Christophe-Hubert Joncas possède une expérience considérable en recherche, en analyse patrimoniale et en gestion de projet. Il est reconnu pour son approche multidisciplinaire et sa capacité à concevoir des méthodes de recherche adaptées aux différents mandats qui lui sont confiés. À titre d’urbaniste à L’Enclume, il a participé à la réalisation de plusieurs études patrimoniales au Québec portant tant sur des ouvrages de génie que sur des bâtiments résidentiels, publics, industriels ou religieux. Au cours des dernières années, il a exercé le rôle de chargé de projet dans le cadre d’un mandat de caractérisation et de documentation de sites industriels d’intérêt patrimonial au Québec.

Évelyne Lemaire, conseillère en urbanisme, Ville de Drummondville

Diplômée en urbanisme et en aménagement du territoire, Évelyne Lemaire a travaillé dans le milieu communautaire et l’enseignement universitaire avant de devenir conseillère en urbanisme à la Ville de Drummondville. Parallèlement à son emploi, elle poursuit des études à la maîtrise en administration des affaires, concentration gestion de l’innovation dans les PME. Ses principaux champs d’intérêt sont le paysage, le patrimoine industriel, la gestion de projet, la requalification de friches urbaines, l’habitation et l’enseignement. Elle affectionne particulièrement les approches multidisciplinaires et citoyennes.

Mathilde Prud’Homme, designer urbaine, L’Enclume

Mathilde Prud’Homme s’intéresse particulièrement aux espaces publics et aux interactions qui y ont lieu. Sa formation en aménagement et en urbanisme est le résultat d’un intérêt marqué pour la conception de l’espace et d’une préoccupation constante envers l’humain et ses conditions de vie. À travers différentes expériences professionnelles et bénévoles, elle a pu développer son savoir-faire en matière d’aménagement urbain, d’analyse paysagère et de consultation et de coordination des différents acteurs prenant part aux projets.

Découvrez en quoi le processus d’élaboration du plan directeur du parc Jean-Drapeau, qui recèle de nombreux joyaux du patrimoine moderne, est une démarche originale et sans précédent. Voyez comment et pourquoi la conservation a réussi à prendre place au cœur de l’identité du parc. Les professionnels invités échangeront sur l’apport des divers professionnels et autres intervenants qui ont alimenté l’élaboration du prochain plan directeur.

Conférencier(ières)

Jonathan Cha, conseiller spécial, aménagement, Direction générale du parc Jean-Drapeau

Jonathan Cha est docteur en aménagement de l’espace et urbanisme, urbanologue et architecte paysagiste. Il est responsable de la planification stratégique du plan directeur de conservation, d’aménagement et de développement du parc Jean-Drapeau 2020-2030. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue ARQ Architecture et design Québec, du comité consultatif d’urbanisme de l’arrondissement du Sud-Ouest, du Comité Jacques-Viger de la Ville de Montréal, du comité-conseil Héritage Champlain (déconstruction du pont Champlain), du conseil d’administration du Festival international de jardins des Jardins de Métis et gouverneur du conseil d’administration des Amis de la montagne.

Pauline Gayaud, architecte paysagiste, NIPPAYSAGE

Diplômée de la maîtrise en architecture de paysage de l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux en 2011, Pauline Gayaud est architecte paysagiste agréée (AAPQ-AAPC). Elle possède une formation axée sur la caractérisation paysagère et les enjeux territoriaux. Son parcours universitaire et professionnel, enrichi par des études antérieures en géographie, lui a permis d’acquérir des connaissances complémentaires afin d’appréhender des projets de paysage à différentes échelles.

Philippe Lupien, architecte et architecte paysagiste

Philippe Lupien est architecte et architecte paysagiste, il est professeur au programme de design de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), où il enseigne le design urbain et l’approche transversale dans les arts de la ville. Dans l’enseignement comme dans sa pratique, il s’intéresse à la conception de plans directeurs de développement urbain qui intègrent les notions de patrimoine architectural et paysager, et les enjeux de pérennité. Il intervient également dans la réalisation d’expositions muséales à valeur culturelle et patrimoniale et la réalisation de projets intégrés à vocation culturelle. Il est membre du conseil d’administration de l’AAPQ, membre du comité Cadre de vie de Culture Montréal et rédacteur en chef de la revue ARQ, architecture et aménagement depuis 2015.

Divers professionnels échangent sur les défis et les avantages associés aux interventions sur le patrimoine moderne à travers divers exemples récents, notamment celui du square Viger. Comment peut-on sensibiliser le public et les décideurs au patrimoine moderne ?

Conférencier(ières)

Michel Langevin, architecte paysagiste, cofondateur associé, NIPPAYSAGE

Diplômé en architecture à l’Université de Montréal en 1998, Michel Langevin a acquis au fil de sa pratique le titre d’architecte paysagiste agréé (AAPQ-AAPC). Il cumule désormais plus de 21 années d’expérience. Au sein de NIPPAYSAGE, il agit comme chargé de projet et contribue au développement des principaux projets. Par sa formation en architecture, suivie d’une solide expérience en architecture de paysage et en design urbain, il fait preuve d’une grande capacité de collaboration et de dialogue au sein d’équipes de conception intégrée. Il est professeur invité à l’École d’architecture de l’Université de Montréal.

Marie-Dina Salvione, chargée de projet à l’Institut du Nouveau Monde et chargée de cours à l’UQÀM

En 2013, Marie-Dina Salvione a terminé une thèse de doctorat sur la sauvegarde de l’éclairage naturel dans les églises modernes. Designer de formation, elle a poursuivi son parcours universitaire en patrimoine bâti moderne tant au Québec qu’en Suisse. Activement impliquée, elle est notamment membre du comité Patrimoine et aménagement d’Héritage Montréal. Chargée de cours en architecture moderne et patrimoine depuis 2008, elle a à cœur la transmission des connaissances comme vecteur entre citoyens et experts pour la sauvegarde du patrimoine moderne. Cet intérêt l’a amenée à l’Institut du Nouveau Monde, où elle travaille en participation citoyenne comme chargée de projet depuis 2017.

Émilie Vézina-Doré, conseillère à la mise en valeur du patrimoine, Ville de Québec

Émilie Vézina-Doré est titulaire d’une maîtrise en aménagement et conservation de l’environnement bâti et d’un baccalauréat en arts visuels et en histoire de l’art. Avant d’occuper son poste actuel, elle a été pendant près de quatre ans directrice générale d’Action patrimoine, un organisme qui se consacre depuis 1975 à la protection, à la mise en valeur et à la diffusion du patrimoine bâti et des paysages culturels du Québec. Elle s’implique encore aujourd’hui dans le milieu associatif à titre de membre du conseil d’administration des Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec (APMAQ).

Anne Vallières, architecte, STGM

Diplômée de l’école d’architecture de l’Université Laval, Anne Vallières est architecte. Entre 1992 et 1995, elle exerce en Italie, au sein de l’agence d’Andrea Bruno, spécialiste de la réhabilitation du patrimoine bâti. En 1996, elle fonde sa firme et réalise avec Gianpiero Moretti de nombreux projets résidentiels, jusqu’à ce qu’elle se joigne à STGM architectes. Elle est chargée de cours à l’École d’architecture de l’Université Laval. Ses compétences touchent le patrimoine bâti, l’habitation et les enjeux de requalification architecturale et urbaine. Elle siège au conseil d’administration de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et à la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec.

Jeudi 19 novembre – Le patrimoine de demain

Il est possible de s’inscrire à cette seule matinée d’activités ou à l’ensemble des quatre matinées.

Trois professeures formant les architectes et les architectes paysagistes de demain échangent sur les enjeux de l’enseignement du patrimoine. La place réservée à la préservation et à la valorisation du patrimoine est-elle suffisante dans les programmes actuels ? Comment intégrer à l’enseignement des enjeux tels que les urgences climatiques ou les exercices de participation citoyenne aux exigences que pose la préservation du patrimoine ? La relève montre-t-elle de l’intérêt pour le patrimoine ?

Conférencier(ières)

Claudine Déom, professeure, École d’architecture, Université de Montréal

Claudine Déom enseigne la conservation et la réhabilitation du patrimoine architectural et urbain au baccalauréat et à la maîtrise professionnelle en architecture. Elle est également responsable de la maîtrise en conservation du patrimoine bâti à la Faculté de l’aménagement. Elle s’investit au sein d’organismes en conservation du patrimoine dont Héritage Montréal et ICOMOS Canada et a présidé, de 2009 à 2013, la Table ronde nationale de l’éducation sur le patrimoine, un réseau de professeurs et de professionnels liés à la formation en conservation à l’échelle du Canada. Elle est membre du Conseil du patrimoine culturel du Québec.

Odile Roy, architecte, professeure invitée, École d’architecture, Université Laval

Titulaire d’une maîtrise en conservation du patrimoine, Odile Roy a pratiqué l’architecture avant de siéger, de 1997 à 2005, au comité exécutif de la Ville de Québec à titre de responsable des dossiers d’architecture, de patrimoine, d’urbanisme et d’aménagement du territoire, et de présidente de la Commission d’urbanisme et de conservation. Après avoir été directrice régionale de la Capitale-Nationale, elle a été directrice de la Division du design, de l’architecture et du patrimoine à la Ville de Québec. Elle y a notamment coordonné l’élaboration de la Vision du patrimoine 2027, ainsi que les travaux pour la préservation du patrimoine culturel à caractère religieux. Odile Roy siège au Comité de la formation des architectes à l’Ordre des architectes et est lauréate du Mérite du CIQ 2020.

Nicole Valois, architecte paysagiste, professeure titulaire à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal

Nicole Valois est architecte paysagiste et professeure à l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, où elle enseigne les ateliers de projets urbains et le patrimoine paysager. En tant que chercheuse, elle a dirigé de nombreuses études, dont celle sur la caractérisation paysagère du site patrimonial du Mont-Royal, et a collaboré à de nombreuses autres, notamment celle sur les valeurs patrimoniales du campus de l’Université de Montréal. Ses recherches actuelles portent sur le patrimoine paysager moderne et le dessin dans le projet d’architecture de paysage. Elle est vice-présidente du Conseil du patrimoine de Montréal.

Deux jeunes professionnels et un étudiant échangent sur leurs visions de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine. Quelles sont leurs préoccupations ? Rejoignent-elles celles des générations précédentes ? Comment s’intègrent-ils dans le milieu professionnel en patrimoine ? À quels enjeux sont-ils confrontés ? Quels sont leurs souhaits pour l’avenir ?

Conférencier(ières)

Maxime Nadon-Roger, candidat à la maîtrise simultanée en architecture, École d’architecture de l’Université Laval

Finissant à la maîtrise, Maxime Nadon-Roger s’intéresse plus largement à la régénération du vivant et de la forme bâtie à travers des modèles urbains alternatifs. Son sujet de recherche porte sur la caractérisation du patrimoine industriel, plus particulièrement sur les papetières au Québec. Il fonde son analyse sur le processus de genèse et de transformation de l’environnement bâti dans le but d’explorer le potentiel de requalification de ces sites méconnus dans un contexte de ville durable. Il s’investit de différentes façons dans sa communauté. Il a notamment codirigé l’organisation du colloque interuniversitaire « Ouss qu’on s’en va ? 2020 » et a participé à la discussion « Vers une politique de l’architecture pour le Canada » des Forums canadiens d’architecture sur l’éducation.

Louis-Philippe Rousselle-Brosseau, architecte paysagiste et chargé de projets, Coopérative Les Mille Lieux

Louis-Philippe Rousselle-Brosseau a étudié l’architecture de paysage et l’aménagement du territoire à Montréal et à Versailles. Son champ de pratique gravite autour des questions paysagères et patrimoniales des milieux ruraux québécois et français. Au cours de ses expériences universitaires et professionnelles, il a développé une expertise en patrimonialisation dynamique et en gestion des paysages culturels. Ses projets ont pour point commun l’entrée en contact directe et sensible avec les lieux et leurs acteurs, le plus souvent par le biais de la marche et du croquis. Il est membre fondateur de la coopérative Les Mille Lieux, un atelier de projets de grand paysage.

Hélène Santoni, chargée de projets, responsable du développement, Passerelles – Coopérative en patrimoine

Hélène Santoni est titulaire d’un baccalauréat en architecture de l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg et d’une maîtrise en aménagement, option conservation du patrimoine, de l’Université de Montréal pour laquelle elle a effectué une recherche portant sur la valeur sociale du patrimoine. Elle a été stagiaire sur des chantiers de restauration du patrimoine au sein de l’association Rempart, où elle a appris les bases de la construction traditionnelle en pierre. Elle a ensuite travaillé pour des firmes privées et des municipalités sur des projets d’architecture et de conservation du patrimoine en France et au Québec. Elle est cofondatrice de la coopérative Passerelles, où elle apporte créativité et détermination en se spécialisant dans les projets de caractérisation architecturale, d’animation et de diffusion.

Les interventions des architectes et des architectes du paysage jouent un rôle transformatif et ont un impact majeur sur notre environnement. Elles peuvent contribuer à révéler la beauté de nos paysages urbains et naturels. Prendre conscience de ces impacts doit nous permettre de saisir notre responsabilité collective face à la construction actuelle de ce qui sera le patrimoine de demain. À l’aide d’exemples marquants, les panélistes tenteront de faire avancer la réflexion sur la beauté des lieux, le paysage et l’usager face au territoire.

Conférencier(ières)

Pierre Corriveau

Pierre Corriveau, président, Ordre des architectes du Québec

En pratique privée depuis 1982, Pierre Corriveau a ouvert son propre bureau en 1995, devenu depuis CGA architectes. Son portfolio comprend des interventions de toutes natures, principalement dans les domaines institutionnel et culturel. Ses compétences de praticien sont reconnues et exploitées par le milieu architectural. Il a été membre du Conseil canadien de certification en architecture, du Bureau de l’Ordre des architectes du Québec, et membre du comité de rédaction des deux éditions du Manuel canadien de pratique de l’architecture. Il a enseigné à l’École d’architecture de l’Université de Montréal. En 2002, il est devenu membre du Comité Jacques-Viger de la Ville de Montréal, dont il a assumé la présidence de 2014 à 2019. Il a été nommé Fellow de l’Institut royal d’architecture du Canada en 2011.

Sylvie Lagueux, architecte paysagiste senior et gestionnaire de projets

Sylvie Lagueux est titulaire d’un baccalauréat en architecture de paysage de l’Université de Montréal et compte plus de 25 ans d’expérience dans son domaine d’expertise. Au fil des années, elle s’est passionnée pour la foresterie et les arbres anciens, le tourisme de jardins et des parcs, la protection et la conservation du patrimoine paysager et bâti ainsi que les moyens à mettre en place pour atteindre l’excellence. Elle a activement contribué à la réussite de nombreux projets dans la région de la capitale nationale du Canada, dont le renouvellement de la promenade du canal Rideau, site patrimonial de l’UNESCO, ainsi qu’au Québec et au Nouveau-Brunswick.

Éric Pelletier, architecte, associé principal création, Lemay

Au cours d’une carrière s’échelonnant sur près de 30 ans, Éric Pelletier a réalisé de nombreux projets primés au pays et à l’étranger. Avec son approche sensible et intégrée, il a conçu de nombreux projets distinctifs tels que le siège social de Pomerleau à Québec, l’immeuble du Four Seasons à Montréal ainsi que de nombreux lieux culturels primés, dont la récente transformation du Grand Théâtre de Québec et la prestigieuse bibliothèque du Boisé, qui a remporté plus de 25 prix et distinctions nationaux et internationaux. Il est cofondateur et codirecteur de LemayLab, une cellule de recherche et d’innovation qui fait appel à un haut degré de créativité et à des approches non conventionnelles pour résoudre les problèmes les plus complexes.

Peter Soland, designer urbain, associé fondateur, civiliti

Titulaire d’un diplôme en architecture de l’Université de Montréal et d’une maîtrise en design de l’environnement de l’Université Yale, Peter Soland est reconnu comme un designer urbain accompli. Associé fondateur de l’atelier civiliti ayant plus de 25 ans d’expérience professionnelle, il consacre sa pratique à imaginer, à concevoir et à construire l’espace public au sens le plus large et à toutes les échelles. Maintes fois primé dans le milieu de l’aménagement, il a bâti sa réputation grâce à des études urbaines et paysagères marquées par la cohérence et la sensibilité et à des réalisations concrètes à la fois pertinentes, imaginatives et élégantes.

 

Court échange entre Marc-André Carignan et Pierre Corriveau.

Conférencier(ières)

Marc-André Carignan

Détenteur d’un baccalauréat en architecture de l’Université McGill, Marc-André Carignan est l’un des rares chroniqueurs spécialisés en développement urbain dans le paysage médiatique québécois. Il partage sa passion et son expertise sur plusieurs tribunes, dont Radio-Canada. Il est également chroniqueur en politique et affaires municipales. Il est aussi chef de contenu multiplateforme pour le plus important diffuseur de nouvelles en architecture au Québec, Kollectif, et anime les émissions Archi branchés et Nos Maisons sur les ondes de SAVOIR média, un magazine télé mettant en valeur le travail des architectes d’ici.
Marc-André Carignan fait partie du comité d’experts de la Stratégie québécoise de l’architecture auprès du Ministère de la Culture et des Communications du Québec. Il a par ailleurs écrit Les écoles qu’il nous faut, un essai qui tente de paver la voie à des environnements d’apprentissage plus créatifs et stimulants.

Références et liens utiles sur la protection et la valorisation du patrimoine

Organismes intéressés par la protection et la valorisation du patrimoine

Références gouvernementales et règlementaires

Au Québec

Plans d’action, guides et lignes directrices

Au Canada

Initiatives d’intérêt

Enseignement et chaires de recherche